Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Suite à la déception de l'APTS face à une réforme qu'elle considère regrettable

Une campagne rend hommage au rôle indispensable du personnel effectuant les analyses biomédicales

durée 15h30
14 avril 2022
Angelique Villeneuve
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Angelique Villeneuve, Journaliste

Dans le cadre de la Semaine nationale du laboratoire médical, l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) rend hommage au travail indispensable effectué dans le réseau, entre autres, en choisissant un slogan aussi fort que Pas de labos, pas d’hôpitaux pour sa campagne.

Au cœur du fonctionnement du système hospitalier, le travail de ses membres compte pour 85 % des diagnostics établis dans le réseau, faisant d’eux·elles un maillon incontournable de la chaîne de la santé et des services sociaux.

C’est pour cette raison que l’APTS a choisi le thème Pas de labos? Pas d'hôpitaux pour sa campagne. Aussi, afin de souligner leur expertise technique et leur professionnalisme, l'Alliance a dévoilé cette semaine une vidéo illustrant la myriade de savoir-faire présente dans ce milieu.


Une réforme décevante aux solutions pourtant évidente

« Malheureusement, la démarche OPTILAB a intensifié la pénurie de diplômé·e·s en technologie d’analyses biomédicales ainsi que la surcharge de travail des membres sur le terrain. Le résultat, c’est qu’on affaiblit l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux avec cette tentative illogique de centralisation », déplore Martin Lavigne, président de l’exécutif APTS des laboratoires Lanaudière.

Rappelons qu’en 2021, le ministre Christian Dubé avait souligné que le caractère décentralisé de ses laboratoires de biologie médicale. avantageait le Québec dans sa lutte contre la COVID-19. Pourtant, la démarche de centralisation OPTILAB, directement inspirée de l’exemple ontarien, obtient toujours l’appui
du ministre.

Pour l’organisation syndicale, qui représente plus de 5 400 membres œuvrant dans les laboratoires publics de toutes les régions du Québec, les solutions sont connues depuis longtemps.

Ainsi, pour être en mesure de maintenir des services de qualité dans les laboratoires publics, l’APTS propose que le gouvernement s’engage à cesser immédiatement le recours au temps supplémentaire obligatoire (TSO) et qu'il mette rapidement en place des incitatifs financiers pour favoriser l’attraction et la rétention des diplômé·e·s en technologie d’analyses biomédicales. 

L'APTS propose aussi qu'il amorce une décentralisation de la gestion des laboratoires, et qu'il procède à l’établissement du portrait actuel de la main-d’œuvre diplômée en technologie d’analyses biomédicales dans les laboratoires et en divulgue rapidement les résultats dans le cadre d’une rencontre avec l’APTS.

« Il est possible de mettre fin à la pénurie de main-d’œuvre qui afflige les laboratoires publics, avec une réelle volonté politique du gouvernement de reconnaître et de valoriser adéquatement le travail du personnel de laboratoire. Il faut que les conditions de travail offertes soient à la hauteur des compétences du personnel pour favoriser la rétention et convaincre un maximum de jeunes de choisir cette carrière », a mentionné Martin Lavigne.

Rappelons que l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) regroupe et représente quelque 65 000 membres qui jouent un rôle indispensable au bon fonctionnement des établissements du réseau, dont près de 3500 dans la région de Lanaudière.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


29 septembre 2022

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages

La famille de Joyce Echaquan réclame près de 2,7 millions $ en dommages intérêts et en dommages punitifs au CISSS de Lanaudière, à la docteure Jasmine Thanh et à l’infirmière Paule Rocray pour l’ensemble des gestes posés qui ont mené au décès de la mère de famille de 37 ans. Joyce Echaquan est décédée le 28 septembre 2020 à l’hôpital de Joliette ...

29 septembre 2022

Il sera possible de se faire vacciner pour la COVID-19 et l'influenza en même temps

Le directeur de la Santé publique le Dr Luc Boileau était de retour devant les médias après trois semaines sans avoir tenu de point de presse. Il a été question de la situation épidémiologique de la COVID-19 et de la campagne de vaccination contre l’influenza.  Le Dr Luc Boileau indique que la rentrée a été plus clémente que dans les deux ...

25 septembre 2022

Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...