Publicité

3 décembre 2021 - 16:00

Projet de loi numéro 15 

L’APTS veut faire adopter les recommandations de la Commission Laurent

Par Salle des nouvelles

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) prendra soin de bien analyser le projet de loi modifiant la Loi sur la protection de la jeunesse déposé aujourd’hui par le ministre Lionel Carmant, qui était fort attendu par les intervenants.

Elle en fera tout autant avec le plan de mise en œuvre des recommandactions de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse (CSDEPJ), présidée par Régine Laurent, qui a été présenté lors de la conférence de presse.

L’organisation déplore toutefois d’avoir été écartée du processus par la Directrice nationale de la protection de la jeunesse (DNPJ) alors que des sujets touchent directement les conditions de pratique et d’exercice de ses membres.

« La mise en place des recommandactions ne peut pas se faire unilatéralement, sans collaborer avec les représentant·e·s des intervenant·e·s en protection de la jeunesse, tel qu’indiqué dans le Rapport Laurent. Depuis des mois, nous demandons d’être partie prenante pour assurer le succès de cette opération. Ce sont nos membres qui auront à incarner les volontés du ministre et de la DNPJ. Nous avons tou·te·s le même objectif, celui d’assurer la protection des enfants les plus vulnérables. On nous demande un changement de culture sur le terrain, il en faut un également dans le gouvernement. Nous devons travailler ensemble », a mentionné Steve Garceau représentant national de l’APTS pour la région de Lanaudière.

L’APTS, qui représente la vaste majorité des intervenants à la DPJ, dans les centres jeunesse et dans les services de première ligne, constate qu’aucune place n’est prévue pour que la DNPJ et le Forum des DPJ prennent en compte les solutions provenant directement du terrain.

« Encore une fois, on semble écarter les intervenant·e·s en protection de la jeunesse de la prise de décisions qui viendront directement affecter leurs conditions de pratique, et donc leurs conditions de travail. Cette méthode de gestion, décriée entre autres par la CSDEPJ, ne favorisera pas la reconnaissance du travail de nos membres et ne va qu’accentuer le sentiment d’aliénation qu’ils et elles vivent depuis de trop nombreuses années. Les représentant·e·s des travailleur·euse·s en protection de la jeunesse doivent avoir leur place dans les instances qui prennent des orientations les concernant », selon Steve Garceau.

Dans les prochaines semaines, l’APTS poursuivra son analyse du projet de loi et du plan de mise en œuvre des recommandactions. Elle présentera ses propositions de modification lors de la commission parlementaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.