Publicité

2 décembre 2021 - 14:00

Parité avec le privé

La rémunération des employés de l’administration québécoise en retard sur les autres secteurs publics

Par Salle des nouvelles

Durant l'année 2021, la rémunération totale des salariés de l’administration québécoise affiche un retard de 9,4 % par rapport à celle de l’ensemble des autres salariés québécois travaillant dans les entreprises et organisations de plus de 200 employés.

En comparaison avec les autres secteurs publics (sociétés d’État, universités, municipalités, administration fédérale au Québec), les salariés de l’administration québécoise montrent un retard de rémunération globale de 27,5 %. 

Le calcul de la rémunération globale tient compte des salaires, des avantages sociaux et des heures de présence au travail. Entre 2020 et 2021, l’écart de rémunération globale est demeuré stable entre les salariés de l’administration québécoise et les autres salariés québécois. 

En analysant le salaire, on constate que l’administration québécoise présente une moyenne salariale inférieure à l’ensemble des autres salariés québécois (– 17,6 %) et du secteur privé (– 14,9 %) en 2021. 

Le retard est moins prononcé dans l’administration québécoise sur le plan de la rémunération globale (– 9,4 %) que sur celui du salaire (– 17,6 %) s’explique par une semaine normale de travail plus courte et un nombre de congés (vacances, congés de maladie, etc.) plus élevé dans le secteur en 2021.

En effet, dans l’administration québécoise (35,8 h), les salariés travaillent environ une heure et demie de moins que les autres salariés québécois (37,4 h). De plus, les congés (heures chômées payées) représentent plus de dépenses pour l’administration québécoise (15,7 % du salaire) que pour les employeurs des autres salariés québécois (14,6 %) et pour les employeurs du secteur privé (13,2 %).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.