Publicité

27 mars 2021 - 14:30

Le 10 avril

Une Joliettaine gravira à vélo un Everest virtuel pour le Centre de pédiatrie sociale

Par Salle des nouvelles

Le 10 avril prochain, la Joliettaine Emilie Marsolais gravira 8 849 M, soit l’équivalent du mont Everest, afin de récolter des dons pour le Centre de pédiatrie sociale en communauté de Lanaudière, qui veille à assurer le bien-être et le développement des enfants selon une approche développée par le Dr Julien.

Ce défi, communément appelé « v Everesting » (Everesting virtuel), sera réalisé sur la plateforme d’entraînement virtuel Zwift, qui simule la pente à gravir en fonction des divers degrés d’inclinaison. L’exploit devrait être complété en l’espace de 10 à 11 heures et sera diffusé en direct sur YouTube ainsi que sur Facebook. 

S’étant initiée au cyclisme il y a à peine deux ans, suite à une blessure survenue lors de sa participation au demi-marathon de Montréal, Emilie Marsolais a immédiatement eu la piqure pour ce sport. Depuis l’acquisition d’une base d’entrainement intelligente, en mars 2020, l’athlète le pratique au quotidien.

« La plateforme virtuelle Zwift m’a permis de poursuivre l’entraînement avec mes collègues, ce qui a grandement contribué à briser l’isolement et à garder la motivation au cours des derniers mois, souligne Mme Marsolais. En me joignant au groupe Je Zwift Québec sur Facebook, j’ai découvert tout un cercle d’adeptes avec lesquels réaliser divers défis sportifs, en cette période où les évènements et les compétitions sont suspendus », de dire la principale intéressée.

Dans le cadre de sa préparation, la Joliettaine a pu bénéficier de l’accompagnement du triathlète et ironman Pierre Heynemand, résident de Notre-Dame-des-Prairies. « Avec plus de 300 participations à diverses épreuves sportives de haut niveau à travers le monde, dont plus de 50 ironman, Pierre est un modèle d’inspiration et de persévérance et je me considère extrêmement privilégiée d’être guidée par un athlète de ce calibre, souligne Mme Marsolais.  Nous avons eu beaucoup de plaisir à préparer cette épreuve ensemble et je me sens prête à relever le défi. »

Très impliqué auprès de la relève sportive en triathlon, M. Heynemand est également responsable de l’équipe de triathlon ZOOT Canada, une filière de ZOOT USA, et agit à titre de mentor auprès de plus de nombreux triathlètes québécois depuis plusieurs années. 

Au Québec, des milliers d’enfants ne reçoivent ni les soins ni l’accompagnement leur permettant de grandir en santé et de se réaliser à leur plein potentiel. Dans les milieux de vie difficiles, ces manques ont des conséquences graves sur leur développement global et leur santé. Ils peuvent résulter en une augmentation des risques de maladies chroniques à l’âge adulte.

La pédiatrie sociale en communauté, axée sur les besoins, intérêts et forces de l’enfant, vient répondre à ces besoins en soignant, en accompagnant et en outillant les enfants et leur famille. Le modèle de pédiatrie sociale en communauté de Dr Julien s’étend à travers la province de Québec et même plus loin.

Près de 45 centres ont déjà vu le jour et plusieurs autres s’apprêtent à ouvrir leurs portes, avec le soutien, la formation et l’accompagnement de la Fondation. Ces centres offrent des soins et des services directs aux enfants issus de milieux vulnérables, dans le respect de leurs droits fondamentaux. 

« S’il y a bien une source de motivation qui puisse me donner l’élan nécessaire à gravir l’Everest, c’est bien la cause des enfants et je tends la main à mes concitoyens dans l’espoir que nous pourrons démontrer ensemble qu’aucune montagne n’est insurmontable quand il est question d’assurer leur santé et leur bien-être » souligne Mme Marsolais. 

Ajoutons qu’en ces temps difficiles, les OSBL se doivent de réinventer la manière de tenir les collectes de fonds, les rassemblements étant proscrits. 

Pour faire un don : https://gofund.me/451757cb

Pour suivre le défi en direct dès 7 h le 10 avril prochain, rendez-vous sur la page Facebook du CPSCL.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.