Publicité

2 juillet 2020 - 15:40 | Mis à jour : 15:51

D'autres enjeux aussi importants que le salaire

Conditions de travail au CISSS: les syndiqués CSN ne se donnent aucun répit cet été

Par Salle des nouvelles

Tel qu’annoncé le 18 juin dernier, le Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CISSS de Lanaudière – CSN représentant le personnel des établissements de santé et de services sociaux des catégories 2 et 3 de la région Lanaudière entend maintenir la pression sur le gouvernement Legault tout au long de l’été.

Le syndicat prévoit manifester à cinq reprises au cours du mois de juillet entre 11 h et 15 h devant différents établissements en CHSLD de la région soit, les 2, 10, 16, 22 et 29 juillet 2020.

Depuis plusieurs semaines le gouvernement Legault s’évertue à marteler dans l’espace public médiatique sa volonté et celle de son gouvernement, à majorer les salaires de certain corps d’emploi des réseaux publics dont notamment celui du personnel du réseau de la santé en CHSLD.


D'autres enjeux aussi importants que le salaire

Ce message a pour effet de réduire les enjeux de la négociation à de simples priorités monétaires dans l’opinion publique. Le salaire est inévitablement un facteur déterminant lorsque l’objectif est de rendre un emploi plus attractif et que l’on souhaite du même coup assurer la rétention de la main-d’œuvre.

Ce qui rend un emploi attractif est aussi l’ensemble des conditions d’un emploi. Par exemple, les exigences requises et la reconnaissance des acquis pour occuper certains emplois dans le secteur bureau, la prévention en matière de santé et sécurité au travail, la surcharge de travail ainsi que l’encadrement de ce fléau qu’est le temps supplémentaire obligatoire. Toutes es conditions entourant l’organisation quotidienne du travail sont toutes autant des facteurs déterminants pouvant rendre les emplois plus attrayants dans le réseau de la santé.


Un déni gouvernemental « insultants »

Ces enjeux de négociation autres que monétaires sont négociés aux tables de négociations sectorielles. Pour les syndiqué-es CSN des établissements de santé et de services sociaux des catégories 2 et 3 de la région Lanaudière, ces négociations sont toutes aussi importantes pour eux, mais semblent tout autant négligées de la part du gouvernement.

« C’est insultant pour nous de constater un tel déni de la part de notre premier ministre à l’égard des préoccupations légitimes des travailleuses et travailleurs qui tiennent le réseau à bout de bras de peine et de misère depuis si longtemps et qui voyaient en cette négociation une occasion pour enfin s’attarder à ces problématiques », souligne Simon Deschênes, président intérimaire du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CISSS de Lanaudière – CSN.

Il ajoute que « le salaire c’est fondamental, c’est clair. Cependant pour nous, tous les emplois sont essentiels dans le réseau. Tous types d’emploi méritent des augmentations de salaire justes et équitables. Mais il y a aussi d’autres enjeux importants que ceux purement monétaires. Il y a également l’organisation du travail. »

Le message qu'ils veulent livrer au gouvernement cet été avec leurs différentes actions est qu’il n’y a pas de répit pour assurer la reconnaissance de leur engagement et de leur travail. Pour eux, cette reconnaissance passe également par la négociation des enjeux sectoriels de la négociation qui ont un impact direct sur les conditions dans lesquelles ils exercent leurs professions quotidiennement.


Début d'une tournée estivale

Plus d’une cinquantaine de travailleuses et de travailleurs sont rassemblés aujourd’hui devant le CHSLD Sylvie Lespérance à Joliette pour marquer le début d’une tournée estivale de manifestation pendant tout le mois de juillet.

Les membres CSN du CISSS de Lanaudière manifestent également leur mécontentement quant au déroulement de la négociation actuelle et indiquent au gouvernement que l’offre globale actuelle qu’il propose est insuffisante tant sur le plan des conditions de travail que sur celui des salaires.

« Ce qui est sur la table actuellement ne répond pas aux besoins du personnel du réseau de la santé et, malheureusement, avec les problèmes catastrophiques d’attraction et de rétention dans le réseau, on constate aujourd’hui les conséquences graves de ne pas agir en ce sens. La CSN et la FSSS ont sonné l’alarme à plusieurs reprises dans le passé concernant l’état préoccupant de nos services publics, résultat de nombreuses années de négligence institutionnelle. L’absence de volonté du gouvernement d’améliorer réellement les conditions de travail de tout le personnel du réseau de la santé est incompréhensible et inacceptable », soulève Luce Melançon, vice-présidente régionale du FSSS-CSN.

Pour Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière - CSN, « le réseau de la santé en particulier était mal en point bien avant la pandémie. Les problèmes ne disparaîtront pas comme par magie dans les prochains mois, bien au contraire. La négociation en cours, bien qu’elle se fasse dans une période de crise sans précédent, doit absolument permettre d’améliorer significativement les conditions de travail des anges gardiens du réseau. Pas en déshabillant Jean pour habiller Jacques, mais dignement et équitablement.»

C’est pour cette raison que les travailleuses et travailleurs présents aujourd’hui se font entendre. En ce sens, ils ont l’appui inconditionnel de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), de la Fédération de la santé et des services sociaux CSN (FSSS-CSN) et du Conseil central de Lanaudière - CSN.

Les offres salariales du gouvernement de 5 % sur trois ans demeurent inchangées à ce jour. Aucun développement marquant en regard des enjeux sectoriels de la négociation n’a été réalisé jusqu’à maintenant.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.