Publicité
3 février 2020 - 12:00

L’employeur n'a pas précisé s'il s'agit d'une démission ou d’un congédiement

Climat de travail au CISSS de Lanaudière : départ de la directrice de la protection de la jeunesse

Par Salle des nouvelles

Une vaste enquête sur le climat de travail à la Direction de la protection de la jeunesse du CISSS de Lanaudière s’est conclue vendredi alors que celle-ci durait depuis la fin octobre 2019.

L’employeur CISSS de Lanaudière a annoncé vendredi matin que la directrice de la protection de la jeunesse, Maryse Olivier, quittait ses fonctions à la suite des éléments recueillis. L’employeur ne s’est pas prononcé à savoir s’il s’agissait d’une démission ou d’un congédiement. Cependant, l'APTS a précisé: "Il nous apparaît évident comme syndicat que le lien de confiance était rompu et que c’était la seule et unique décision à prendre. De ce côté, nous ne pouvons que saluer la décision de la direction du CISSS Lanaudière." Un autre gestionnaire intermédiaire a quitté le CISSS de Lanaudière à la suite de l’enquête.

"Aucune tolérance..."

En revanche, deux gestionnaires visés par l’enquête sont maintenus dans des fonctions de gestion. Les personnes salariées et le syndicat APTS demeurent inquiets quant à ce choix, mais l’employeur s’est engagé à assurer un cadre serré, de la supervision, de la formation ainsi que ne tolérer aucun écart de conduite. Le syndicat APTS a déclaré: "Nous resterons assurément en grande vigie du climat de travail et il n’y aura aucune tolérance face à des écarts de conduite de ces gestionnaires ou tout autre membre de l’équipe de gestion."

La  haute direction ainsi que le ou la nouvelle DPJ nommée incessamment devront être les personnes qui rétabliront un climat de travail sain dans la direction de la protection de la jeunesse. Les attentes sont claires de la part du syndicat et des personnes salariées.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.