Publicité
5 décembre 2019 - 06:00

Un travail mené par le Centre régional universitaire de Lanaudière et Lanaudière Économique

Une étude sur la formation universitaire dévoile les obstacles pour y accéder

Par Salle des nouvelles

La présidente du Centre régional universitaire de Lanaudière, Chantal Deschamps et le président de Lanaudière Économique, Nicolas Framery, ont dévoilé hier les résultats de l’étude « Formation universitaire dans Lanaudière : Intérêts, obstacles et besoins – Rapport 2019 ».

Le Centre régional universitaire de Lanaudière est né de la volonté du milieu à se mobiliser pour améliorer le taux de diplomation universitaire anémique du territoire. Cherchant à mieux comprendre ce qui explique cette triste réalité et aussi à bien saisir les besoins de Lanaudière en matière de formation universitaire, le CRUL a réalisé une étude et mandaté la firme Advanis Jolicoeur afin de sonder différentes clientèles de la région.

Le niveau de scolarité des parents, l'un des obstacles aux études universitaires

En ce sens, 626 étudiants collégiaux, 415 résidents de la population en général et 299 entreprises de 5 employés ont répondu à l’appel. Cette étude sera actualisée aux deux ans afin de mettre à jour les données qui serviront à orienter l’université répondante, l’UQTR, dans sa prestation de services (formation initiale et services à la collectivité).

Parmi les faits saillants, l’étude nous indique que 80% des étudiants entreprendraient des études universitaires dans Lanaudière si c’était possible et que 73% d’entre eux affirment qu’une plus grande offre de formations universitaires dans la région serait un incitatif majeur pour poursuivre leur éducation.

Les obstacles aux études universitaires qui ont été soulevés dans l’étude sont le niveau de scolarité des parents, le déménagement, le transport et les contraintes financières. Également, on constate des conséquences problématiques pour les entreprises de la région en plus de l’actuelle rareté de main-d’œuvre. Les besoins en diplômés universitaires concernent les industries suivantes : la construction, l’administration publique et bien sûr, l’enseignement.

L'adéquation formation-emploi, le défi majeur

De tous les constats de cette étude, on a également identifié certains programmes déjà offerts, en plus de proposer de nouvelles formations susceptibles de répondre aux aspirations de la clientèle étudiante et des entreprises : ressources humaines, communication – marketing et Bac en enseignement scolaire primaire et secondaire qui sera offert dès l’automne 2020.

Chantal Deschamps, présidente du Centre régional universitaire de Lanaudière, a souligné: « Cette étude vient confirmer l’importance de notre organisation sur le territoire. Le faible taux de diplomation universitaire est tributaire de plusieurs facteurs et le CRUL est la solution pour assurer la rétention de nos talents et pour aider les entreprises, notamment en formant les travailleurs en cours de carrière. »

« L’expertise du CRUL est fondamentale, particulièrement dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. L’adéquation formation-emploi est considérée comme l’un des principaux défis économiques du Québec et Lanaudière ne fait pas exception. Avec une croissance économique et démographique au-delà de la moyenne nationale, les opportunités sont nombreuses et la formation supérieure est un outil essentiel pour nos entreprises », a conclu Nicolas Framery, président de Lanaudière Économique.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.