Publicité
25 octobre 2019 - 09:00

Centraide Lanaudière et la Marche des parapluie

Par Salle des nouvelles

Récemment, Centraide Lanaudière invitait la population, les organismes et les élus à marcher pour le développement social. Cette première édition sous le thème « Mettez-vous dans la peau de quelqu’un qui a une côte à remonter » avait pour but de sensibiliser les gens à l’importance d’agir sur la pauvreté et l’isolement social.

L’idée était de stimuler un élan de solidarité pour que la belle région de Lanaudière soit plus juste, plus forte et pour que chaque individu ait les mêmes chances de vivre dans la dignité et de contribuer pleinement à la société. Le parapluie est le symbole de la protection contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Une organisation parapluie comme Centraide Lanaudière chapeaute le travail et la coordination entre plusieurs organismes afin d’aider à la répartition des ressources et des services.

La pauvreté, un fléau qui touche aussi les milieux ruraux

Lorsque l’on pense au développement social, à la pauvreté et à l’exclusion sociale, nous l’associons souvent à des problématiques urbaines. L’idée d’une marche dans un lieu enchanteur comme le Parc régional de la Chute-à-Bull à Saint-Côme est de souligner que la pauvreté est toute aussi présente dans les milieux ruraux. La pauvreté en région à un visage caché.

« Le développement social en Matawinie est extrêmement important pour nous. La pauvreté touche beaucoup de gens sur notre territoire. Pour contribuer à la cause, la MRC Matawinie vient tout juste d’engager une ressource dédiée spécifiquement au développement social », a ajouté Sylvain Breton, préfet de la MRC Matawinie.

Cet événement rassembleur inscrit dans le lancement de la campagne 2019 de Centraide Lanaudière n’aurait pu avoir lieu sans la collaboration exceptionnelle de la MRC Matawinie et de la Municipalité de Saint-Côme.

Pour contribuer à Centraide Lanaudière et faire une différence.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.