Publicité
3 septembre 2019 - 11:30

Toutou cherche député·e d’accueil

L’APTS de Lanaudière confie l’ourson Félix aux soins de l’équipe du premier ministre

Par Salle des nouvelles

Des intervenant·e·s du Centre jeunesse de Lanaudière et membres de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) sont allé·e·s confier un énorme ourson en peluche, nommé Félix, au bureau de circonscription du premier ministre, François Legault, pour souligner le 4e mensiversaire du décès tragique de la fillette de Granby.

Le premier ministre, François Legault, étant retenu à l’extérieur de sa circonscription, c’est son attachée politique, Adriana Dudas, qui a reçu Félix, un énorme ourson vêtu d’un t-shirt sur lequel il est inscrit Monsieur le premier ministre, les enfants comptent sur vous.

« Pour l’APTS, il était important de souligner le 4e mensiversaire du décès tragique de la fillette de Granby, surtout à la veille de la rentrée parlementaire, pour rappeler au gouvernement et à l’ensemble des député·e·s l’engagement qu’ils et elles ont pris unanimement au printemps dernier de faire de la protection de la jeunesse une priorité. Que malgré les investissements de 47 millions $, dont 2,3 millions $ pour Lanaudière, il ne faut surtout pas baisser les bras. Et qui est mieux placé que le premier ministre, qui s’est impliqué dès le départ dans ce dossier, pour indiquer à ses collègues que la partie n’est pas encore gagnée », a indiqué Kevin Newbury, le président de l’exécutif local de l’APTS de Lanaudière. 

La directrice du bureau de Lise Lavallée, députée de la circonscription voisine, Repentigny, et siégeant à la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Véronick Talbot, s’est jointe à la discussion pour faire l’état des lieux dans la région. Une rencontre avec M. Legault aura lieu ultérieurement. 

« Les choses commencent finalement à bouger dans Lanaudière. Nous sommes passé·e·s de 57 à 69 intervenant·e·s à la DPJ (RTS, Évaluation/Orientation et Équipe volante) pour diminuer la surcharge de travail et les listes d’attente. À l’application des mesures, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière a aussi ouvert environ 25 postes supplémentaires au suivi psychosocial des enfants dans les 6 équipes de Joliette, Repentigny et Mascouche. À première vue, on voit ces ouvertures de poste d’un bon œil, mais il faudra attendre les résultats des mesures à moyen et long termes. Est-ce que tous les postes seront pourvus à la fin du processus, d’autant plus que les autres régions limitrophes en offrent tout autant? Est-ce que ce sera suffisant? Seul le temps nous le dira », a poursuivi Kevin Newbury.

L’APTS avait d’ailleurs souligné, il y a un mois, l’ampleur des besoins que devait combler le CISSS de Lanaudière avec la poussée démographique que subissait la région. De plus, avec un taux de roulement de 23,8 % dans ses programmes jeunesse, la question de la valorisation et la rétention de la main-d’œuvre sera névralgique. Toutes les régions du Québec s’arrachent une main-d’œuvre extrêmement convoitée. Des mesures incitatives novatrices devront être mises de l’avant par l’employeur et le syndicat pour réussir à se démarquer. D’ailleurs, l’APTS et l’employeur ont formé récemment un comité paritaire pour s’attaquer à ces enjeux et aux autres difficultés qui pourraient se présenter.

« Quand il est question de la protection de la jeunesse, nous devons tou·te·s travailler ensemble pour mettre en place des solutions qui amélioreront les services destinés aux enfants et à leur famille, tout en respectant les capacités des intervenant·e·s qui, chaque jour, se dévouent à cette mission essentielle. Car il serait honteux, pour reprendre les termes utilisés par Claude Castonguay dans sa dernière lettre ouverte, qu’un autre drame comme celui de Granby se reproduise faute d’action de notre part », a conclu Kevin Newbury.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.