Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 juin 2018 - 12:30

Les producteurs agricoles en ont assez des taxes foncières agricoles

Par Salle des nouvelles

Le 19 juin, plus d’une centaine de producteurs agricoles, maires et députés se sont réunis devant le bureau régional du MAPAQ, à L’Assomption, afin de dénoncer le manque de volonté du gouvernement de procéder à une véritable réforme de la fiscalité foncière agricole.

« Ça fait tout près de 15 ans que nous revendiquons une réforme du mode de taxation foncière des entreprises agricoles et ce dossier n’est toujours pas réglé, au contraire, la situation s’est détériorée. Si rien ne change, c’est une véritable catastrophe qui nous attend.» a déclaré M. Marcel Papin, président de la Fédération de l’UPA Lanaudière.

Au cours de la dernière décennie, les taxes foncières payées par les producteurs agricoles sont passées de 35,7 millions à 62 millions de dollars, réduisant ainsi la capacité d’investissement des entreprises agricoles d’un montant de l’ordre de 26 millions de dollars. Si rien n’est fait, les taxes nettes payées par les producteurs seront trois fois plus élevées d’ici 2020, soit un montant supplémentaire de près de 60 millions de dollars que les producteurs agricoles n’auront plus à leur disponibilité pour investir et assurer la compétitivité de leur entreprise.

« Dans une région comme la nôtre, la charge fiscale est si importante que c’est carrément la rentabilité de nos entreprises qui est affectée. » a renchéri M. Marcel Papin.

À cet effet, l’UPA de Lanaudière a formellement déposé au MAPAQ les demandes suivantes :

Limiter la valeur imposable à 20 000 $ par hectare;

Imposer un taux de taxe maximal de 0,80 par 100 $ d’évaluation;

Abolir le plafond de 5 % d’augmentation du programme de crédit de taxes du MAPAQ.

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.