Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Une solution respectueuse de l’animal et de sa famille

Euthabag : housse funéraire pour animaux domestiques

durée 08h00
4 juin 2018
Marie-Claude Pilon
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Voir la galerie de photos

Depuis qu’elle pratique son métier, Céline Leheurteux a euthanasié des milliers d’animaux. Parce qu’il n’y avait pas, jusqu’à il y a deux ans, d’alternative aux sacs plastiques, la vétérinaire a conçu une housse funéraire pour animaux.  

Jusqu’en 2014-2015, les médecins animaliers devaient disposer des corps des animaux dans des sacs plastiques. « Je me sentais toujours mal de le faire et je devais presque me cacher pour cette étape. J’ai réfléchi et je me suis demandée comment je pourrais concevoir un produit respectueux, autant pour l’animal que pour sa famille », indique celle qui pratique à la clinique Deborah Nash de Saint-Louis-de-Gonzague. 

C’est là qu’est né l’euthabag qui fournit une solution professionnelle aux vétérinaires. « Au Québec, près de 50 % des plaintes en déontologie ont à voir avec l’euthanasie. Il était donc capital de trouver une solution afin que ce moment soit moins pénible pour les gens éprouvés », ajoute-t-elle.

Conçu au Canada  

Depuis son apparition sur le marché, plusieurs cliniques vétérinaires ont recours à l’euthabag. Pourquoi? Car il a une base antifuite qui empêche les liquides corporels de s’échapper après le décès. Il est ajustable et disponible en cinq formats pour couvrir tous les types d’animaux domestiques…du cochon d’inde aux Danois.

Il a des poignées intégrées pour faciliter son transport, en plus d’être solide, écologique et respectueux. «  Il est résistant aux griffes de l’animal et fait de matières recyclées sans chlore ni métaux lourds. Il est aussi facilement identifiable car il y a un espace prévu à cet effet sur le sac afin d’éviter les pertes ou le mélange des dépouilles après le décès », résume-t-elle.

La fermeture éclair facilite aussi l’insertion de l’animal à l’intérieur et évite au vétérinaire de faire des manipulations superflues. « En raison des matériaux utilisés pour le fabriquer, l’euthabag peut être incinéré ou entérré sans nuire à l’environnement. C’était aussi très important pour moi au moment de sa conception », souligne l’entrepreneure.

Actuellement, près d’une clinique sur deux au Québec s’est tournée vers cette solution. Au Canada, ce sont 350 cliniques qui ont fait de même.

Récemment, Céline Leheurteux s’est rendue sur le plateau de l’émission Les Dragons. Son objectif? Qu’un des dragons millionnaires investissent dans son produit pour lui permettre de conquérir de nouveaux marchés.

Ayant réussi à obtenir un investissement, la conceptrice de l’euthabag nous dit quelle sera la suite des choses pour son produit.

Pour plus d’infos, on peut consulter le site Internet ou la page Facebook.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Les Canadiens utiliseraient moins d'articles en plastique

De nouvelles statistiques laissent croire que les Canadiens réduisent lentement leur utilisation de pailles et de sacs d’épicerie en plastique avant l’entrée en vigueur le mois prochain de l’interdiction nationale de ces articles. Le gouvernement du Canada cherche à réduire la pollution plastique intérieure d’ici la fin de la décennie alors que ...

Un hiver coriace, tenace et riche en tempêtes à venir

Préparez vos pelles à neige, car un hiver «coriace, tenace et riche en tempêtes» est en train de s’installer au Québec.  Les saisons se suivent, mais ne se ressemblent pas, car si l’automne a été marqué par la douceur du soleil et des températures au−dessus des normales, l’hiver sera rude selon les prévisions de MétéoMédia. «En raison du ...

durée Hier 16h30

Santé publique : la grève de trois jours des professionnels débute

Les professionnels de l’Institut national de santé publique (INSPQ) ont amorcé lundi matin une grève de trois jours. Ils ont manifesté à Montréal et à Québec, devant l’Assemblée nationale, dans ce contexte. Ce sont 400 professionnels: des conseillers scientifiques, des agents d’information, des analystes en informatique, notamment, qui sont ...