Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 mars 2018 - 15:25

Une charrette en urbanisme pour voir plus loin!

Aménagement d’un site récréotouristique au Parc régional de la Forêt Ouareau

Par Salle des nouvelles

La MRC de Matawinie, en partenariat avec la Société de développement des parcs régionaux de la Matawinie (SDPRM), était l’hôte de la Charrette en urbanisme 2018 organisée par l’Association générale des étudiants en urbanisme (AGEUR) de l’UQAM les 23, 24 et 25 février dernier.

Ce concours en aménagement du territoire, auquel participaient une trentaine d’étudiants de divers horizons (urbanisme, tourisme, design, etc.), portait sur la requalification d’une ancienne sablière acquise par la SDPRM, située à Notre-Dame-de-la-Merci, en un site récréotouristique qui est limitrophe au secteur du Massif du Parc régional de la Forêt Ouareau.

À la suite des présentations devant un jury composé de David Lapointe, directeur général de la SDPRM, Isabelle Parent, mairesse de Notre-Dame-de-la-Merci, et Steve Potvin, directeur de secteur architecture de paysage et urbanisme chez Stantec, l’équipe gagnante, ÉcoTopo, a proposé un concept alliant, entre autres, promenade panoramique, emplacements de camping, hébergements alternatifs et activités récréatives diverses telles un secteur d’initiation à l’escalade, un parcours santé et un bassin de baignade.

« La charrette en urbanisme a été l’occasion d’explorer les différents potentiels d’aménagement de ce site et contribuera certainement à l’aménagement d’un site récréatif unique qui participera au rayonnement du Parc régional de la Forêt Ouareau et par le fait même de la municipalité de Notre-Dame-de-la-Merci » explique Isabelle Parent, mairesse de Notre-Dame-de-la-Merci.

La MRC de Matawinie et la SDPRM félicitent les six équipes ayant participé à la Charrette 2018!

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.