Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
16 février 2018 - 10:56

Reconduction du projet d’intervention jeunesse à Saint-Côme

Par Salle des nouvelles

La Municipalité de Saint-Côme a procédé à la signature d’un contrat d’une durée d’un an avec le Carrefour jeunesse-emploi Matawinie, afin de bénéficier des services d’une ressource en intervention dans son milieu. Suite à un projet-pilote d’une durée de six mois, le projet jeunesse a été reconduit, au plus grand plaisir des jeunes de Saint-Côme !

Les périodes d’activité se déroulent les jeudis, vendredis et samedis soirs de 17h30 à 21h30 au sous-sol du Centre de Loisirs Marcel Thériault et permettent aux jeunes de la Municipalité de participer entre autres, à des activités animées et des repas collectifs, tout en ayant sur place une ressource du Carrefour jeunesse-emploi Matawinie, soit Mme Chanel Boucher, qui agit à titre d’intervenante jeunesse. Sans restriction d’âge, tous les jeunes sont bienvenus à participer aux Soirées jeunes et à apporter des idées de projet. Dernièrement, les jeunes ont par ailleurs fabriqué des baumes à lèvres, en vente au coût de 4 $, afin de financer des activités collectives.

Le Maire de Saint-Côme, Martin Bordeleau, a salué l’importance du travail auprès des jeunes de la Municipalité : « Avec une moyenne de participation de plus de 20 jeunes par soir, nous observons le besoin des jeunes d’avoir une ressource sur place et le succès de ce partenariat. La Municipalité est fière d’avoir mis un tel projet en place » a-t-il souligné. Il a également remercié M. Bruno Ayotte, du Carrefour jeunesse-emploi Matawinie pour son implication dans ce projet novateur. 

M. Ayotte a précisé l’importance de suivre les jeunes afin de s’assurer qu’ils aient tous les outils nécessaires devant eux. Un projet d’intervention jeunesse permet d’être près des jeunes qui peuvent avoir des besoins particuliers, mais également d’animer le milieu.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.