Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
20 décembre 2017 - 10:54

Hommage aux Carmélites missionnaires

Par Salle des nouvelles

Le départ des Carmélites missionnaires vers leur terre natale qu’est l’Espagne, après 58 années de dévouement et de mission humanitaire dans la région, n’allait pas être passé sous silence par la Municipalité de Saint-Charles-Borromée et par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière qui ont tenu une réception civique en leur honneur le 13 décembre dernier.

Les Carmélites missionnaires sont arrivées en 1959 afin de prendre en main les soins de l’Hôpital Saint-Charles (aujourd’hui le CHDL), qui se préparait à recevoir 1 500 patients. À cette époque de l’âge d’or des communautés religieuses, l’administration des institutions hospitalières francophones et catholiques était généralement dirigée par elles. Mais en 1958, aucune communauté pressentie n’était en mesure d’accepter le mandat. La demande a fait son chemin jusqu’en Europe, et ce sont finalement les Carmélites missionnaires de la congrégation de Barcelone qui ont accepté les fonctions d’administratrices de l’hôpital psychiatrique. De 1959 à 1961, pas moins de 41 religieuses espagnoles ont prodigué des soins à l’Hôpital Saint-Charles, œuvrant et habitant à Saint-Charles-Borromée. Depuis 2009, elles sont 4 qui œuvrent comme bénévoles au Service des loisirs et en soins spirituels au Centre hospitalier de Lanaudière (CHDL).

Le maire de la Municipalité de Saint-Charles-Borromée, Monsieur Robert Bibeau, le président du conseil d’administration du CISSS de Lanaudière. Monsieur Jacques Perreault, ainsi que le président directeur général du CISSS de Lanaudière, Monsieur Daniel Castonguay, ont rendu un fier hommage aux quatre religieuses espagnoles avant leur retour au pays. Il s’agit de Mesdames Feliciana Hernandez, Angele Sanchez, Jeanne Fernandez et Eulalie Gaston.

En présence d’une cinquantaine d’invités, cet événement hommage a été l’occasion de souligner l’apport de ces femmes à la communauté lanaudoise et leur attachement pour leur prochain qui ne s’est jamais démenti. « Celles qu’on appelle nos petites sœurs espagnoles ont toujours été bien présentes dans notre milieu. Loin des projecteurs, discrètement, sans espérer de lauriers. En près de 60 ans, jamais elles n’ont revendiqué leur statut de sœur religieuse ou de missionnaire comme un privilège. Toujours, elles sont demeurées citoyennes parmi les citoyens participant à leur façon à la vie commune, tissant des liens dans la communauté bénévole de Saint-Charles-Borromée », a déclaré le maire Robert Bibeau.

Pour sa part, Monsieur Jacques Perreault, président du conseil d’administration du CISSS de Lanaudière, a souligné et salué le courage et la persévérance dont ont fait preuve les Carmélites missionnaires durant leur séjour parmi nous. « Un immense merci à ces femmes courageuses et compétentes qui, malgré leur départ annoncé, poursuivent leur œuvre auprès de notre clientèle âgée hébergée. Soyez assurées que le souvenir du dévouement et de la grande générosité dont vous avez fait preuve au cours de toutes ces années resteront à jamais gravés dans ces murs qui furent votre première demeure en terre québécoise ». 


Soulignons enfin que la Municipalité de Saint-Charles-Borromée avait rendu un premier hommage aux Carmélites missionnaires en 2010, alors qu’elles recevaient le prix 
« Bénévoles de l’ombre » lors de l’événement annuel de reconnaissance des bénévoles.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.