Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Action collective

Les grands cigarettiers obtiennent un nouveau sursis du tribunal

durée 12h30
23 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Un tribunal ontarien a prolongé encore une fois une ordonnance de suspension des procédures judiciaires contre trois géants du tabac, pendant qu’ils continuent de négocier un règlement avec leurs créanciers.

Le juge Thomas McEwen, de la Cour supérieure de l’Ontario, a accepté mardi d’accorder un nouveau sursis — de six mois, jusqu’au 30 septembre — à JTI−Macdonald, Rothmans, Benson & Hedges et Imperial Tobacco Canada.

Le juge McEwen a estimé que rien ne laissait croire que les trois entreprises «ne poursuivaient pas de bonne foi et avec diligence raisonnable une médiation extrêmement complexe» avec les parties au dossier. Le juge souligne aussi qu’aucune des autres parties ne s’est opposée à la prolongation de l’ordonnance de suspension.

Un premier sursis avait été accordé en mars 2019 et il a été prolongé plusieurs fois depuis. Le plus récent devait expirer à la fin du mois.

Les trois cigarettiers avaient perdu en appel dans une action collective historique au Québec. Ils ont été condamnés à payer plus de 15 milliards $ en dommages−intérêts aux fumeurs de cette province qui sont tombés malades ou étaient dépendants à la cigarette.

L’ordonnance de suspension vise à maintenir le statu quo pendant que les cigarettiers tentent de conclure un règlement global avec les membres de l’action collective et les autres créanciers, dont plusieurs gouvernements provinciaux qui cherchent à recouvrer les coûts des soins de santé liés au tabagisme.

À la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, on se désolait mardi que «vu le contexte actuel, où ni les médias ni la société civile ne sont informés des discussions secrètes en cours, il est raisonnable de croire que les négociations entraîneront une entente avec un paiement ponctuel qui sera vraisemblablement trop faible pour être conséquent, ou bien un paiement légèrement plus important qui serait payé en versements étalés sur plusieurs années». 

«Dans les deux cas, les montants seront minimes par rapport aux sommes réclamées, tant pour les gouvernements que pour les victimes québécoises, soutient Flory Doucas, porte−parole de la Coalition, dans un communiqué. 

«Ce n’est pas pour rien que les compagnies de tabac se sont tournées vers des procédures juridiques opaques qui ne tiennent pas compte de l’impact réel du comportement de l’industrie du tabac sur la santé et nos finances publiques.»

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

Deux juristes s'opposent sur la mention de la Charte de la langue française dans C-13

Deux éminents juristes ont présenté des opinions divergentes quant à la mention de la Charte de la langue française dans le projet de loi visant à moderniser la Loi sur les langues officielles, lors d'une comparution lundi devant un comité sénatorial. Questionné par le sénateur montréalais Tony Loffreda qui se demandait s'il s'agit d'un «terrain ...

29 septembre 2022

Les Canadiens blâment Trump pour les événements du 6 janvier 2021, révèle un sondage

Un nouveau sondage révèle qu'un Canadien sur trois suit attentivement les audiences de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, aux États-Unis, et que près des trois quarts des Canadiens blâment le président Donald Trump pour ce qui s'est passé. Ce nouveau sondage Léger, mené en ligne en août ...

28 septembre 2022

Protection du français: le Bloc fera passer un «test» aux partis fédéraux

Les partis fédéraux passeront mercredi un «test de cohérence» lorsqu'ils voteront sur un projet de loi visant à mieux protéger la langue française, estime le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet. Les autres partis politiques sont «toujours prêts» à faire des énoncés de principes, a-t-il noté en entrevue avec La Presse Canadienne. Or, ...