Publicité

12 janvier 2022 - 14:00

Au Québec

COVID-19: la hausse des rendez-vous de première dose persiste selon le ministre Dubé

Par La Presse Canadienne

Le nombre de prises de rendez−vous pour une première dose de vaccin contre la COVID−19 continue d’augmenter au Québec, selon ce qu’affirme mercredi le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.  

Dans un bref message publié sur les médias sociaux, le ministre Dubé précise qu’environ 5000 rendez−vous ont été pris lundi et 7000 autres mardi, un record depuis plusieurs jours, dit−il.   

Le ministre ajoute que ces rendez−vous pour une première dose ont été pris dans toutes les tranches d’âges.

La semaine dernière, le ministre Dubé annonçait qu’en quelques jours seulement, les prises de rendez−vous pour la première dose avaient bondi de 1500 par jour à plus de 6000 pour la journée de jeudi.   

En conférence de presse, Christian Dubé avait précédemment annoncé que le passeport vaccinal serait exigé pour entrer dans les succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) et de la Société québécoise du cannabis (SQDC) à compter du 18 janvier. Il avait expliqué que cette décision avait été prise afin de freiner la hausse des cas poussée par le très contagieux variant Omicron.   

Il a dit espérer que cette mesure serait un incitatif additionnel pour certains d’aller chercher leur première dose de vaccin contre la COVID−19, en rappelant que plus de 50 % des personnes hospitalisées pour le coronavirus en ce moment sont des non−vaccinées, bien qu’ils représentent environ 10 % de la population.   

Mardi, le premier ministre François Legault a affirmé que son gouvernement entendait imposer aux non−vaccinés le versement d’une contribution monétaire afin qu’ils paient pour le fardeau qu’ils amènent sur le réseau de la santé. Il a précisé qu’on travaillait sur l’idée de faire payer un montant significatif à tous les adultes refusant la vaccination contre le coronavirus, sauf pour une raison médicale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.