Publicité

2 novembre 2020 - 12:00

Drame de Québec

« Les heures passent, mais la douleur reste toujours aussi vive » - François Legault

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Deux jours après les tragiques événements survenus du côté du Vieux-Québec où deux personnes ont perdu la vie et cinq autres ont été blessées, le premier ministre du Québec, M. François Legault, s’est adressé à la population. 

« Ce que l’on a vécu samedi soir est effroyable, on ne peut pas comprendre comment on peut voir une telle violence gratuite qui soulève toutes sortes de questions sur les maladies mentales », a souligné le premier ministre. 

Rappelons que samedi soir, armé d’un sabre, Carl Girouard a tué François Duchesne et Suzanne Clermont, près du Château Frontenac, en plus de blesser cinq autres personnes. Selon les autorités, les victimes de Carl Girouard ont été choisies au hasard.

Plus d’aide en santé mentale

M. Legault a profité de la tribune qui lui était offerte pour annoncer que le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, M. Lionel Carmant, fera le point sur les différentes actions posées jusqu’à maintenant en santé mentale, mais également sur les actions à venir. 

« On peut réduire les impacts pour certaines personnes qui ont des maladies mentales… Il faut être réaliste. Même si on avait tous les services, même si on prenait en charge tous les Québécois qui ont des maladies mentales, on ne pourra jamais éviter tous les drames violents », a ajouté le premier ministre. 

François Legault dit également craindre que le confinement engendré par la pandémie aggrave les problèmes de santé mentale. Il invite d’ailleurs les gens qui souffrent d’anxiété ou de détresse psychologique, à faire appel aux ressources qui sont offertes.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.