Publicité

23 octobre 2020 - 16:30

Vice-première ministre Geneviève Guilbault

62 900 tests de dépistages rapides au Québec

François Provost

Par François Provost, Journaliste

La Vice-première ministre Geneviève Guilbault était à Québec aujourd’hui afin lancer un message clair à la population de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale. 

La vice-première ministre avait un discours très alarmiste vendredi après-midi alors qu'elle abordait la situation du système de santé dans les régions de Chaudière-Appalaches et de la Capitale-Nationale.

À la lumière de l'augmentation des cas de COVID-19 par transmission communautaire dans ces deux régions, la vice-première ministre a dû alerter la population qu'il pourrait y avoir des ruptures de soins dans certains établissements du réseau de la santé.

Plus généralement, la ministre a également mentionné que la population devait rester à l’écoute des messages de sensibilisation au respect des mesures sanitaires. 

« Ça fait tellement longtemps qu’on répète les mêmes affaires, qu’on dirait qu’il y a des gens qui nous entendent plus, qui nous écoutent plus, qui sont juste saturés d’entendre parler de la COVID », explique la vice-première ministre.

Elle a également souligné que les cas de contamination étaient en grande partie tributaire à la transmission communautaire. 

« Il a beaucoup d’éclosions en milieu de travail. On a réactivé plusieurs visites par des d’inspecteurs du travail pour s’assurer que les règles sont suivis dans les milieux de travail et dans les commerces, parce qu’il y a de la transmission qui s’y déroule », commente Geneviève Guilbault.

Elle souligne encore que le télétravail devait être favorisé chez les employeurs de bureaux.

Mentionnons également que la ministre Guilbault a rappelé l’annonce de son collègue Jean-François Roberge que 62 900 tests de dépistages rapides au Québec allaient prochainement être distribués au Québec.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.