Publicité

4 septembre 2020 - 06:00

Un plan est en cours

Améliorer l'eau potable, l'enjeu de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines

Par Salle des nouvelles

Le conseil municipal de la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines est en marche vers l’objectif d’améliorer la quantité et la qualité de l’eau distribuée par la Ville. La mise à niveau majeure des équipements et infrastructures de l’usine d’eau potable constitue la réalisation d’un engagement très clair pris par le conseil municipal en 2017.

La Ville a mis en service sa première usine de filtration de l’eau en 2005. À l’époque, cet investissement avait permis d’améliorer considérablement la qualité de l’eau. Quinze ans plus tard, cette usine de filtration ne répond plus aux exigences et aux attentes de la population, ni plus à la demande en volumes d’eau potable
qui s’est accrue avec la croissance démographique de la Ville.

Les critiques envers le réseau de filtration actuel sont constantes depuis plusieurs années: mauvais goût, mauvaise odeur, trop calcaire (dure), pression insuffisante, etc.

Résoudre les problèmes, une volonté des citoyens en 2017

Lors du « Sommet anneplainois », tenu auprès de la population en 2017, les citoyens avaient exprimé leur volonté de faire les efforts financiers nécessaires en vue de résoudre les problématiques liées à la qualité de l’eau et demandaient à la Ville de mettre en branle le processus d’amélioration de la qualité de l’eau.

Dans son plan d’action faisant suite au sommet, le conseil s’engageait à « Procéder à un investissement majeur pour l’amélioration de la qualité de l’eau uniquement s’il y a une garantie d’un réel changement sur la dureté de l’eau », pour  2017-2025. Fort de cet engagement, le conseil municipal a mis en branle le projet de mise à niveau majeure de l’usine de filtration de l’eau potable à la Ville, dès 2017.

« Face aux insatisfactions chroniques, nous ne pouvions faire autrement que de prendre la situation de front et d’agir. Nous avons hâte à sa mise en service pour que nous puissions tous profiter collectivement des importants travaux et investissements qui auront eu cours pendant plus 4 ans » a souligné le maire Guy Charbonneau.

Les étapes du projet

Afin de permettre un traitement des eaux plus performant, la municipalité doit procéder à trois aménagements principaux dans son usine de filtration :

1) mettre en place un nouveau système adapté à l’eau de Sainte-Anne-des-Plaines en matière de filtration

2) augmenter la quantité d’eau brute (capacité de captage d’eau souterraine) transigeant dans l’usine pour un meilleur traitement de l’eau et finalement

3) augmenter la superficie de l’usine pour accueillir de nouveaux bassins de réserves d’eau pour recevoir les nouvelles quantités d’eau supplémentaires requises.

Déroulement des phases :

  • Recherche d’une source d’eau potable : La ville compte actuellement 5 puits et le dernier mis en opération remonte à 1990. Les recherches se font de manière à localiser une source d’eau suffisante, et le plus près de l’usine afin de réduire les coûts et les infrastructures liés à l’acheminement de cette eau brute vers l’usine de filtration de la Ville. La source d’eau actuellement dans la mire de la Ville est située au Parc des Ruisseaux. Les démarches de vérification de la faisabilité d’y construire le 6e puits sont actuellement en cours.

 

  • Évaluation du système et des technologies optimales : Actuellement, la firme EXP Inc. procède à l’analyse et à la recommandation du système de filtration optimal en fonction de notre contexte. La décision finale sur le type de technologie à implanter sera prise sous peu.

 

  • Agrandissement des infrastructures : Les plans et devis débuteront lorsque le choix du système de filtration le plus approprié sera choisi. L’objectif est d’aller en appel d’offres au printemps 2021 pour débuter les travaux de construction à l’automne 2021. Ceux-ci devraient se dérouler sur une période de 12 mois et se terminer en automne 2022.

 

  • Mise en marche du nouveau système et surveillance/rétroaction : La mise en service de l’usine est prévue pour l’automne 2022 et la première année en fonction nous permettra d’évaluer et d’ajuster les systèmes de filtrage afin d’en optimiser et d’en stabiliser les impacts.

Une réduction majeure des incommodités liées à l’eau potable

La mise en place de ce nouveau système permettra d’améliorer le goût et l’odeur de l’eau et d’en réduire la dureté (le niveau de calcaire présent dans l’eau). L’augmentation de la quantité d’eau à l’usine, en complémentarité avec les autres mesures mises en place par la Ville, permettra d’alimenter en eau de manière suffisante les résidences des citoyens, les entreprises ainsi que les bâtiments municipaux.

La Ville a élaboré un plan pour les cinq prochaines années, dont les actions permettront de réduire le gaspillage de l’eau de potable sur l’ensemble du territoire et ainsi contribuer à ce que la Ville puisse maintenir ses réserves d’eau à des niveaux suffisants.

Investissements majeurs

Les investissements pour les travaux de mise à niveau de l’usine d’eau potable sont estimés à 10 M$, comprenant l’aménagement des infrastructures, les matériaux, les honoraires professionnels
(ingénieurs, architectes), l’électricité, la mécanique et la technologie d’instrumentation et de contrôle.

Ces estimations ont fait l’objet d’une étude de mise aux normes réalisée en 2018-2019 par la frime EXP inc. À ces coûts s’ajoutent ceux pour la recherche d’un nouveau puits et la construction des infrastructures nécessaires, soit des coûts estimés à 500 000 $.

Afin de réduire le fardeau fiscal des citoyens, la Ville a obtenu une subvention de 5 millions de dollars directement du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec 2019-2023, provenant d’une compensation fédérale aux provinces via des initiatives concernant les infrastructures d’eau potable, d’eaux usées et les autres infrastructures municipales ainsi que sur les travaux en voirie locale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.