Publicité

27 avril 2020 - 08:23

Retour en classe : le plan devra répondre à plusieurs questions souligne le PQ

Par Salle des nouvelles

La députée de Joliette et porte-parole du Parti Québécois en matière d'éducation et de famille, Véronique Hivon, demande au gouvernement de répondre aux nombreux questionnements des parents et du personnel scolaire lorsqu'il dévoilera son plan de réouverture des écoles aujourd’hui.

En rouvrant des écoles, le gouvernement ne doit pas perdre de vue les objectifs pédagogiques et éducatifs, estime le Parti Québécois. Car il ne s'agit pas seulement de tendre vers une plus grande immunité collective; les élèves et leurs parents doivent sentir que la réussite éducative est partie prenante de la décision.

« Le gouvernement doit expliquer ce qu'il entend faire pour garantir l'équité entre les élèves qui retourneront en classe et ceux qui resteront à la maison, surtout pour ceux et celles qui ont des difficultés d'apprentissage ou des vulnérabilités particulières. La santé des élèves, de leurs parents et du personnel scolaire est primordiale, mais on ne doit laisser personne derrière. Donc, est-ce que tous les enfants qui resteront à maison, pour des raisons de santé ou parce que leur école demeure fermée, auront droit à un plan d'accompagnement personnalisé? Cela est essentiel », a mentionné la députée de Joliette.

L'accompagnement technologique, une « question de justice »

L'enseignement à distance est également appelé à prendre plus de place que jamais dans le réseau scolaire. Ce sera le cas au cours des prochaines semaines, pour tous ceux et toutes celles qui ne retourneront pas à l'école dans un avenir rapproché, mais aussi à l'automne, si le Québec se trouve de nouveau confronté à une vague du virus.

Le gouvernement devra donc prévoir, pour les élèves, leurs parents et le personnel, un meilleur accompagnement technologique.

« Plusieurs élèves ne disposent pas d'outils technologiques adéquats, comme un ordinateur ou une tablette. Le ministre de l'Éducation entend-il leur en procurer, afin que tous puissent évoluer de manière équitable, malgré les difficultés posées par la crise sanitaire? Cela nous apparaît incontournable; c'est une simple question de justice », a affirmé la députée.

Des mesures pour pallier le manque d'effectifs

La porte-parole du Parti Québécois rappelle également que des milliers de membres du personnel scolaire se sont portés volontaires pour épauler le personnel de la santé et les patients.

Jusqu'à présent, on ne connaît pas les modalités de leur retour dans les écoles ni les mesures qui seront mises en place pour pallier leur absence éventuelle, laquelle pourrait poser des défis d'autant plus importants dans le contexte actuel de pénurie de personnel.

« Il ne faut pas oublier, non plus, qu'une proportion du personnel et des chauffeurs d'autobus a plus de 60 ans. Par conséquent, on devra prévoir des mesures pour pallier ce manque d'effectifs - qui ira d'ailleurs croissant si certains membres devaient malheureusement contracter l'infection au cours des prochains mois. En toute logique, ces mesures doivent être annoncées en même temps que le plan de déconfinement », a poursuivi l'élue.

Enfin, Véronique Hivon demande au gouvernement d'expliquer son plan de match pour la prochaine rentrée et la prochaine année scolaire, notamment en prévision d'autres vagues potentielles de la COVID-19 au Québec.

« Je suis fière de constater l'élan de solidarité qui traverse tout le Québec, et auquel a activement participé le personnel scolaire, entre autres. Sa sécurité devra toutefois être assurée au retour, tout comme celle des élèves et de leurs proches. Je demande donc au gouvernement de faire preuve de la plus grande transparence; je suis convaincue que plus il donnera d'information à la population, plus il calmera les inquiétudes, et plus il saura bâtir un consensus en suscitant l'adhésion des Québécois à son plan », a conclu Véronique Hivon.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.