Publicité

2 septembre 2021 - 09:00

Lettre ouverte

Canicules, crise climatique et pouvoir du municipal

Par Salle des nouvelles

Une lettre d’opinion de citoyens du mouvement Vire au vert, une initiative de mobilisation citoyenne non partisane visant à mettre les enjeux environnementaux au cœur des élections municipales au Québec, a été acheminé au Journal de Joliette.

Peu importe où on se trouve au Québec, on a forcément été touché par les vagues de chaleur qui ont frappé la province depuis le début de l’été, quatre canicules en l’espace de trois mois, du jamais vu. Nous vivons peut-être l’été le plus chaud de nos vies, mais nous pourrions aussi dire que nous vivons possiblement l’été le plus frais des 50 prochaines années.

À l’échelle du pays, ce sont des centaines de personnes qui ont perdu la vie en lien avec les chaleurs extrêmes. De plus, chaque vague de chaleur coûte environ 55 millions de dollars en soins médicaux au Québec. Ces canicules engorgent nos services de santé et nos hôpitaux, déjà surchargés.

Nous ne pouvons plus nier les conséquences désastreuses, et même mortelles, des changements climatiques.

Comment ne pas être envahis par l’anxiété en constatant que partout à travers la planète, nous expérimentons ces mois-ci les pires scénarios que les spécialistes avaient initialement prévus pour 2050 : tornade meurtrière à Mascouche, fonte ultra-rapide des glaciers et inondations en Colombie-Britannique, feux et sécheresse en Californie, sécheresse causant la famine à Madagascar, pluies torrentielles en Allemagne et en Belgique.

Pourtant, des solutions concrètes existent autour de nous, même très près de nous, soit dans nos villes et villages.

Nous pensons, parfois à tort, que seules les grandes instances, comme les gouvernements fédéral et provincial, ont un pouvoir assez important pour contrer la crise climatique et environnementale. Pourtant, le palier municipal est au cœur des solutions pour affronter les défis de la crise climatique. Ces gouvernements locaux peuvent aussi favoriser notre bien-être et notre santé en adoptant des politiques plus vertes en matière d’urbanisme, de gestion des eaux et des matières résiduelles, de sécurité publique, de développement économique.

En plus, c’est le palier le plus accessible pour les citoyennes et citoyens, alors investissons-le pour repenser nos collectivités afin qu’elles soient plus sécuritaires, plus saines, plus égalitaires, plus vertes pour toutes et tous.

La crise climatique et environnementale doit être la priorité aux prochaines élections municipales du 7 novembre, pour la santé de notre planète, la nôtre et celle de nos enfants.

Des comités citoyens partout à travers la province se mobilisent afin de mettre l’environnement au cœur des élections municipales et d’exiger des candidats et candidates des mesures concrètes qui permettront à nos municipalités de faire partie de la solution et favoriseront la bonne santé de celles et ceux qui y vivent.

Nous allons veiller à ce que les candidats et candidates de la région de Lanaudière prennent au sérieux la crise écologique et proposent des solutions ambitieuses et concrètes pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et préparer nos collectivités à faire face aux aléas du climat. Ils et elles peuvent déjà s’inspirer des 68 propositions environnementales de l’initiative Vire au vert pour élaborer leur programme électoral.

L’heure n’est plus à la demi-mesure. Nous avons déployé de grands moyens pour la crise sanitaire, il est possible et nécessaire de faire de même pour la crise climatique et écologique.

Signataires de cette lettre:

  • Céline Poissant, Mère au front pour Emmanuel, Ludovic et Camille, et Grand-mère au front pour Benoni; ainsi que Mémé pour le climat de Lanaudière
  • Éliane Massé,  Mère au front pour Marie, Alexis et Louis-Philippe, Grand-mère au front pour Samuel,et Arrière grand-mère au front pour Emily et Arthur Tomas; ainsi que Mémé pour le climat de Lanaudière.
  • Odette Sarrazin, mère de Sophie, membre du comité citoyen UNE communauté (Saint-Gabriel-de-Brandon)
  • Jocelyne Aubry, mère de Amielle
  • Céline Gaudet, Mère au front pour Thomas et Pascal
  • Louise Garneau, Mère au front pour Géraldine et Raphaëlle; et Grand-mère au front pour Olivier
  • Marie-Soleil L’Allier, Marraine au front pour Zac, Jade, Marianne et Raphaël; et Matante au front pour Alice et Hugo.
  • Mylène Samson, Mère au front pour Maëlie
  • Sophie Nobert, Mère au front pour Louis, Henri et Théo
  • Claude Collin, Mère au front pour Frédéric et Valérie; et Grand-mère au front par alliance pour Coralie et Bastien; ainsi que Mémé pour le climat de Lanaudière
  • Manon Geoffroy, mère de Geoffroy et Corinne; et grand-mère de Margot, Edmond et Maggie-Vivianne
  • Nicole Hurtubise, militante dans plusieurs organismes depuis toujours, défenderesse des habitats fauniques et Mère au front pour la future génération
  • Christiane Robidoux, Mère au front pour Bruno et Flavie; et Grand-mère au front pour Arielle, Mathis et Théa
  • Andréanne Geoffroy; mère de Zavier
  • Louise Leduc, Mère au front pour Albanie, Raphaëlle et Clara; et Grand-mère au front pour Constance, Héloïse et Abel
  • Yves Gagnon, père de Samuel, Mylène et Catherine  et grand-père de Naïma-Rose et Elias
    Diane Mackay, mère de Samuel, Mylène et Catherine; et grand-mère de Naïma-Rose et Elias
  • Annie Durette, artiste
  • Érika Poirier, Mère au front pour Angélie et Ulric
  • Louise Larivière, mère, grand-mère, écrivain publique et activiste 
  • Catherine Cartier Pouliot du Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière
  • François Van Vliet du Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière
  • Elisabeth Mottard du Mouvement d’éducation populaire autonome de Lanaudière
  • Andrée Ruel, mère de Mylène, Andréanne et Benjamin, grand-mère de Philémon, Léonard et Zavier
  • Marie-Eve Leclerc, coordonnatrice de Vire au vert et chargée de projet chez Équiterre
  • Chloé Tremblay Cloutier, Réseau Demain le Québec

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.