Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Fédération étudiante collégiale du Québec

Les cégepiens demandent la modernisation d'une formation générale devenue «plate»

durée 12h00
3 mars 2023
durée

Temps de lecture   :  

4 minutes

Par La Presse Canadienne

La formation générale au cégep est «plate» et doit être mise à jour, affirme la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) à l’occasion du 30e anniversaire de l'élaboration de cette formation.

«Les étudiants collégiaux actuels n'étaient pas nés quand on a décidé des devis de la formation qu'ils vivent et pour nous, c'est un non-sens de ne pas adapter la formation avec le temps», lance Maya Labrosse, présidente de la Fédération, au cours d’un entretien avec La Presse Canadienne.

«On ne peut pas continuer comme ça, à attendre des années avant de réviser une formation qui est donnée à autant d'étudiants et d'étudiantes», poursuit-elle.

La Fédération ne demande pas d’abandonner le cœur de la formation générale, centrée sur la philosophie, la littérature, la langue seconde et l'éducation physique, loin de là. Elle fait toutefois valoir qu’entre 1993 et aujourd’hui, le monde dans lequel évoluent les étudiants collégiaux a drôlement changé, trop pour laisser la formation des jeunes adultes stationnée dans une autre époque.

Pensée critique et technologies

«La formation de base peut rester, c'est certain, mais il faut la voir sous un autre angle, explique Mme Labrosse. C'est possible de parler de philosophie et de voir les mêmes principes de pensée critique que dans les cours actuels, mais de le voir dans un cours lié à la science, lié à l'intelligence artificielle.

On est à une ère où on parle beaucoup des technologies et les gens veulent qu'on ait une pensée critique sur la question et les cours de philosophie peuvent justement faire partie intégrante de la question.

«C'est correct que les choses évoluent avec le temps, fait valoir la présidente de la Fédération, et il y a une raison pourquoi on veut que ça évolue; c'est que le reste de la société évolue aussi et on ne peut pas seulement laisser une formation être figée dans le temps et se demander pourquoi les étudiants ne sont pas intéressés.»

Une formation «inintéressante», selon la majorité

Ce n’est d’ailleurs pas une caricature que de qualifier la formation de «plate»: 53 % des étudiants du collégial considèrent la formation générale «inintéressante», selon des données de 2021 citées par la FECQ.

Cette statistique a des répercussions sur la réussite et le décrochage, martèle sa présidente. «De ne pas augmenter le pourcentage des gens qui trouvent ça intéressant, on pense que cela a un impact sur la réussite et sur la motivation scolaire.»

La Fédération propose donc, selon les termes de son communiqué, «d’offrir des choix de cours diversifiés pour chacun des domaines de la formation générale, à l'instar de ce qui est déjà en place dans le réseau collégial anglophone. L'objectif est de permettre à la population étudiante de choisir des cours de littérature et de philosophie qui présentent notamment des contenus adaptés à leurs intérêts, tout en dispensant les mêmes compétences essentielles.»

À ces compétences s'ajoutent toutefois de nouvelles réalités qui doivent être intégrées à la formation collégiale, fait-on valoir, notamment «les compétences numériques, l'inclusivité dans les cours d'éducation physique, la place des cours complémentaires dans le parcours».

Une maîtrise du français préoccupante

Quant au cours de littérature, la Fédération ne joue pas à l'autruche et demande de revoir les notions de français écrit dans ces cours car, admet-elle, «la maîtrise du code linguistique est préoccupante au sein de la population étudiante collégiale et devient un frein à la réussite de celle-ci», peut-on lire dans son communiqué, qui souligne au passage que plus de 90 % des profs de l’enseignement général voient les lacunes dans la maîtrise du français comme «un défi dans leur enseignement», euphémisme s’il en est.

Maya Labrosse estime toutefois, avec raison, qu’il commence à se faire tard au niveau collégial pour s’attaquer à ces lacunes. «Il faut corriger ça en amont. Il y a un travail à faire au niveau du primaire et du secondaire pour améliorer la maîtrise de la langue française dès le primaire.»

Malgré tout, ajoute-t-elle, puisqu’ils n’arrivent pas assez bien formés en français, «il arrive un moment où, au collégial, les étudiants ont une épreuve uniforme de langue à passer qui comprend la grammaire». Et l’institution a le devoir de tout faire pour les mettre à niveau, croit-elle.

D’où le dépoussiérage réclamé en littérature. «Si le travail n'a pas été fait avant, il faut s'assurer que ces étudiants, qui arrivent en épreuve uniforme de langue, soient en mesure de la passer et ça passe par une formation en littérature qui est motivante et qui est intéressante pour la population étudiante si on veut qu'elle arrive après son troisième cours de français au collégial et qu'elle passe son épreuve uniforme avec succès.»

Ouverture de la ministre

La Fédération et ses associations étudiantes affiliées ont donc souligné avec sarcasme ce 30e anniversaire, d’une part en tenant un party, mais aussi en envoyant des cartes de souhaits aux principaux acteurs décisionnels de l'enseignement supérieur, au premier chef la ministre Pascale Déry.

Dans une missive à La Presse Canadienne, la ministre de l’Enseignement supérieur dit d’abord avoir eu «l’occasion d’en discuter avec la FECQ à la fin janvier, qui nous a partagé son souhait de rendre la formation générale plus attrayante».

Sans faire de promesses, la ministre Déry souligne qu’elle a mis en marche les mécaniques de l’État pour y voir plus clair d’ici la prochaine rentrée scolaire. «Un groupe de travail composé d’enseignants et de conseillers pédagogiques a été mandaté pour justement évaluer ce volet et nous soumettre des recommandations. Nous attendrons les conclusions du rapport, dont le dépôt est prévu à l’été 2023, avant de nous prononcer.»

Pierre Saint-Arnaud, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...