Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Bourse «Maman va à l'école»

Des mères monoparentales récompensées pour la poursuite de leurs études

durée 18h00
31 mai 2022
Marie-Eve Buisson
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Marie-Eve Buisson, Journaliste

Des bourses de 500 $ ont été remises à 14 mères monoparentales qui poursuivent leurs études au Centre de services scolaire des Samares, lors de la cérémonie de remise des bourses annuelles Maman va à l'école, le 19 mai dernier.

Ces mères de famille ont été récompensées pour leur courage à maintenir le cap dans leurs études malgré les défis quotidiens de la maternité et de la pandémie qui a affecté le système scolaire durant les dernières années. 

Pour Maude Boivin, jeune maman de 21 ans qui étudie au centre de formation pour adultes La Croisée à Repentigny, cette bourse permet de reconnaître ses efforts et sa persévérance dans ses projets.

«On sent vraiment qu'on est supporté et épaulé. Tout cela est gratifiant parce qu'en tant que maman, c'est comme si j'avais deux emplois. Aller à l'école et m'occuper de mon enfant. On banalise souvent ce que l'on vit», explique la mère d'un garçon de quatre ans.

Pour Maude, la volonté et la confiance en soi sont la clé pour réussir ses études tout en étant un parent. «La persévérance c’est vraiment la clé du succès. Il ne faut jamais lâcher, il faut croire en soi et en son enfant. À la fin de la journée, tout ce que je veux, c'est que mon fils soit fier de sa maman», se confie-t-elle.

Des bourses ont été également été remises à 12 mères monoparentales inscrites au Centre de services scolaire des Affluents, le 24 mai dernier, dans les bureaux du Syndicat de l'enseignement de la région des Moulins.

L'organisme Maman va à l’école a mis sur pied en 2012 un programme de bourses d’encouragement à la persévérance scolaire pour les mamans monoparentales.

Cette année-là, deux bourses ont été remises pour un total de 1000 $ en récompense. Depuis, le nombre de candidatures et le nombre de commanditaires ont augmenté.

C'est pourquoi, depuis sa création, que l'organisme Maman va à l’école a remis une somme totale de 256 000 $ à 565 mamans de famille monoparentale retournées aux études en vue d’un premier diplôme.

En 2021, ce sont 122 bourses qui ont été remises dans 14 régions du Québec, pour plus de 57 000$.

Lauréates de Lanaudière

1. Gina Maria Cachimbo Valencia a reçu une bourse de MVE qui lui a été remise par Claire Lalande, membre du CA de l’organisation.

2. Richère Doucet a obtenu une bourse offerte par le Fonds de solidarité FTQ qui lui a aussi été remise par Claire Lalande.

3. Jeneviève Durand Lévesque a reçu sa bourse de la CSQ des mains du président du Syndicat de l’enseignement de Lanaudière (CSQ)

4. Krystel Giroux s’est mérité une bourse offerte par l’AREQ-CSQ. Elle lui a été remise par Suzanne Dalpé du conseil sectoriel de Lanaudière.

5. Soraya Koninga a obtenu une bourse du Syndicat de l’enseignement de Lanaudière (SEL), remise par son président, Mathieu Lessard.

6. Jennifer Layette a aussi obtenu une bourse du SEL remise par son président Mathieu Lessard.

7. Cindy Madore s’est mérité la bourse offerte par Luc Thériault le député de Montcalm à la Chambre des Communes du Bloc Québécois. Son adjointe de circonscription, Marie Christine Gaudreau, a remis la bourse à Jennyfer accompagnée de sa fille.

8. La bourse de Doreen Niragira, offerte par Harnois Énergie, lui a été remise par Guylaine Caron, directrice, talent et responsabilité corporative chez Harnois.

9. Une deuxième bourse a été offerte par Harnois Énergies à Caroline Proulx qui était absente lors de l’événement.

10. Neyci Milena Romana Sanchez s’est mérité la bourse offerte par Véronique Hivon, député de Joliette à l’Assemblée nationale (PQ). 

11. Stéphanie Richard a obtenu la bourse offerte par Gabriel Ste-Marie, député de Joliette à la Chambre des Communes sous la bannière du Bloc québécois. 

12. Slovénie a reçu la bourse du Centre multiservices des Samares qui lui a été remise par Claire Lalande du CA de MVE.

13. Jessica St-Pierre a reçu la bourse de la Fondation Léa-Roback qui souligne tant le parcours scolaire que l’engagement social. Accompagnée de ses deux grandes filles, elle a reçu sa bourse de Claire Lalande.

14. Késia Martin, absente lors de l'événement a elle aussi obtenu une bourse du SEL.

Lauréates du Centre de services scolaire des Affluents

Les lauréates du Centre l’Avenir sont Maryse Rivard, Mélissa Bélanger, Sarahi Pineda Acosta, Natalia Maria Velez Higuita, Vanandjee Bernia Joseph, Frédéryck Tremblay, et Arianne Chartier.

Du côté de Repentigny, les récipiendaires sont Caroline Turgeon, Zoé Wright Prud’homme, Maude Boivin, Alexandra Lacroix- Brasseur et Mélissa Dupras.


Sur la photo: Marie-Josée Doucet (enseignante), Julie Bellemare, (psychoéducatrice), Valérie Paquet (enseignante), Martin Hébert (Centre L'Avenir), Isabelle Gauthier (Centre La Croisée) et quelques mamans accompagnées de leurs enfants.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...