Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Plus d’un million d’élèves aidés

Alloprof célèbre ses 25 ans d'existence

durée 14h45
20 avril 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Salle des nouvelles

L’organisation Alloprof a soutenu plus d’un million d’élèves au courant de ses 25 années d’existence et cela tout à fait gratuitement. Un total de 230 millions d’accompagnements a été fait.

Ne se reposant pas sur son succès, Alloprof revient sur ses réussites et se tourne vers l’avenir en dévoilant un aperçu de ses grands chantiers, ainsi qu’un don majeur qui témoigne de sa pertinence et de l’appréciation de ses services par les familles.

« Alloprof, c’est bien plus qu’un service d’aide aux devoirs, c’est un réel projet de société. La poursuite des études et l’obtention d’un diplôme comptent dans la vie d’un individu, mais aussi pour toute la société, en offrant de meilleures conditions de vie et des perspectives professionnelles plus diversifiées et valorisantes », rappelle Sandrine Faust, cofondatrice et directrice générale d’Alloprof.

« Vous m’avez sauvé la vie et je n’exagère même pas ! C’est le genre de chose que l’on entend souvent venant d’élèves ou de parents, ce qui démontre à quel point les jeunes veulent réussir et que l’accompagnement d’Alloprof peut être déterminant dans leur parcours », s’enthousiasme-t-elle.

Les grands chantiers d’Alloprof : intelligence artificielle et ludification

Avec l’intention de continuer d’innover pour soutenir les élèves, de renforcer le tissu social et d’aider les plus vulnérables, l’organisme a plusieurs projets en branle. « Il y a 25 ans, nous répondions aux questions des élèves uniquement par téléphone. C’était innovant à l’époque, et c’est cet esprit qui a ouvert la porte à toutes les évolutions que nous avons connues. Aujourd’hui, nous continuons d’améliorer l’expérience de l’élève et notre impact sur ses apprentissages en intégrant l’intelligence artificielle et la personnalisation à nos ressources », explique Sandrine Faust.

En effet, après le lancement récent d’une toute nouvelle plateforme web et de sa Zone d’entraide, un espace collaboratif permettant d’obtenir des explications sept jours sur sept, l’organisme met actuellement à profit les plus récents développements liés à l’intelligence artificielle pour offrir une expérience toujours plus personnalisée aux élèves, et leur proposer des outils et services adaptés à leurs défis scolaires.

Alloprof prépare également une refonte complète de ses nombreux exercices interactifs, permettant autant de réviser les mathématiques que le français, ainsi que de certains jeux à succès tels que Grimoire, pour s’exercer à la compréhension de lecture. « Des études nous ont démontré que les jeux sont une façon efficace de soutenir les élèves dans leurs difficultés, en plus de développer leur autonomie et de soutenir leur motivation », précise Marc-Antoine Tanguay, porte-parole d’Alloprof.

Une nouvelle offre pour les communautés anglophones et autochtones d’ici 2024

Un autre important chantier en cours est l’adaptation de l’ensemble des contenus d’Alloprof pour répondre aux besoins des élèves anglophones du Québec. Alors que ses services directs comme le clavardage, l’accompagnement au téléphone et la Zone d’entraide sont déjà offerts en anglais, l’adaptation de ses contenus permettra d’aider 100 000 élèves de plus d’ici 2024, dont plusieurs jeunes de communautés autochtones.

25 ans de fidèle dévouement de ses partenaires

Comme organisme à but non lucratif, Alloprof ne pourrait pas accomplir sa mission sans dons. Depuis ses débuts, il peut compter sur l’appui du ministère de l’Éducation du Québec, mais aussi de plusieurs fondations et partenaires corporatifs qui l’aident à croître.

Récemment, la Fondation Desjardins annonçait un don majeur à l’organisation pour soutenir les projets d’avenir d’Alloprof. « La Fondation Desjardins est depuis plus de cinquante ans une alliée importante de la jeunesse. À titre de partenaire, nous avons le bonheur de voir l’impact concret des actions de l’organisme pour les familles de la province. C’est avec grand honneur que nous avons réaffirmé notre soutien à Alloprof en lui accordant un don important. Nous sommes particulièrement fiers de pouvoir participer aux projets d’avenir de l’organisation et d’accroître la portée de ses actions auprès des jeunes et des familles de tout le Québec. », souligne Nancy Lee, Directrice principale, Patrimoine et Fondation Desjardins.

Alloprof profite de l’occasion pour inviter toute personne qui souhaite soutenir la cause de la réussite scolaire à faire un don sur son site web. « Chaque don de 25 $ permet d’offrir 200 accompagnements scolaires à des jeunes du Québec, en plus de permettre à Alloprof de tisser des filets scolaires encore plus solides, et ce, pour au moins 25 ans encore ! », conclut la directrice générale de l’organisme.

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


12 février 2024

Sondage: seulement 63 % des Québécois croient que la place des jeunes est à l'école

Même si une majorité de Québécois souhaitent une meilleure valorisation de la persévérance scolaire, seulement 63 % d'entre eux estiment que la place d'un jeune est à l'école et que son tout premier métier est d'être un élève, suggère un nouveau sondage.  Environ 18 % des répondants ont indiqué être en désaccord avec cette affirmation, tandis ...

15 janvier 2024

La motivation des élèves dans le contexte de rattrapage scolaire peut varier

Alors que les élèves doivent mettre les bouchées doubles à l'école pour rattraper le retard causé par la grève du secteur public, certains élèves peuvent se sentir démotivés, mais d'autres, au contraire, sont enthousiastes face au retour en classe.  Pour les écoles dont les enseignants sont représentés par la Fédération autonome de ...

8 janvier 2024

Rattrapage post-grève: Éric Gingras croit possible de ne pas amputer la relâche

Alors que le plan de rattrapage scolaire doit être dévoilé mardi, à la suite de la grève ayant touché le milieu de l'éducation, le président de la CSQ, Éric Gingras, croit possible de «faire des ajustements» sans avoir à amputer la semaine de relâche ou prolonger les classes en juin. Il faut dire que la Centrale des syndicats du Québec, qui fait ...