Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ministre des Finances

Essence : réduire les taxes serait une « mauvaise idée »

durée 15h30
18 mars 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Réduire les taxes sur l’essence comme le demande le Parti conservateur d’Éric Duhaime est une «mauvaise idée», a déclaré le ministre des Finances, Eric Girard, vendredi.

Cette hausse du prix des carburants pourrait même aider le Québec dans sa transition énergétique, a−t−il laissé entendre.  

M. Duhaime a demandé au gouvernement de donner un répit aux automobilistes qui sont frappés durement par la hausse draconienne du prix de l’essence à la pompe.

À entendre Eric Girard vendredi matin à l’Assemblée nationale, on a vite compris que ce ne serait pas dans son budget qui sera déposé mardi prochain. 

«Mon Dieu! Quelle mauvaise idée!» a−t−il dit au cours d’un débat au Salon bleu, à propos de l’idée «d’un parti d’opposition» en prenant soin de ne pas le nommer. 

Il a laissé entendre que le prix élevé des carburants pourrait être positif: cela forcerait les consommateurs à changer leurs habitudes, ainsi le Québec pourrait réduire sa dépendance au pétrole et diminuer ses émissions de gaz à effet de serre (GES), conformément à ses engagements internationaux.  

En outre, même si le Québec réduisait la TVQ ou la Taxe sur les carburants, cela ne se traduirait peut−être même pas par une baisse des prix à la pompe. 

«Les marges (bénéficiaires) des pétrolières pourraient augmenter», a argué le ministre. 

En conférence de presse en matinée, Québec solidaire a aussi soutenu que c’était une «très, très mauvaise idée» de réduire les taxes sur l’essence. 

La députée Ruba Ghazal reconnaît que «ça coûte une fortune aux gens qui mettent de l’essence dans leur voiture», mais plaide plutôt qu’on «arrête d’en consommer» en électrifiant les transports.

Le gouvernement engrange actuellement des revenus supplémentaires grâce à la hausse des cours du pétrole. 

En effet, chaque augmentation du prix du litre d’essence raffinée entraîne automatiquement une hausse des revenus de la TVQ, puisque la taxe correspond à 9,975 % du prix du litre, soit le même taux que pour les autres biens et services.  

«Ce serait un peu indécent que le gouvernement augmente ses revenus et profite de cette hausse (du prix des carburants)», avait affirmé Éric Duhaime la semaine dernière.

Il demandait au gouvernement caquiste d’imiter le gouvernement albertain de Jason Kenney qui a suspendu temporairement il y a près de deux semaines la taxe provinciale sur l’essence. 

Le PCQ veut que les consommateurs québécois n’aient plus à payer la TVQ sur le litre d’essence. Cela correspondrait à une baisse d’environ 20 cents le litre, selon lui.

Le Québec perçoit aussi une Taxe sur les carburants, un montant fixe de 19,3 cents, mais qui est réduite près des zones frontalières. Dans la région métropolitaine, une autre Taxe sur l’essence, établie à 3 cents, s’applique pour financer le transport en commun. 

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


22 septembre 2022

L’équipe de Dauphin & Blais Notaires choisit Dunton Rainville

Dunton Rainville s’est enrichi de nouvelles ressources professionnelles avec la décision de Dauphin & Blais Notaires de se joindre à notre bureau de Joliette. Celui-ci compte maintenant plus d’une vingtaine d’employés, ce qui nous permettra de mieux répondre aux besoins de notre clientèle régionale et d’étendre notre offre de services. Me Simon ...

21 septembre 2022

Des augmentations de salaire de 4,1 % au Québec en 2023

Les employeurs du Québec s'attendent à devoir augmenter les salaires dans leur établissement de 4,1 % l'an prochain, rapporte l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés du Québec. Il s'agit de la prévision de hausses salariales la plus élevée depuis 2008, selon l'Ordre. C'est le secteur des technologies de l'information et des ...

12 septembre 2022

«Un très bel été» en hôtellerie dans toutes les régions du Québec

Alors que les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ont été durement touchés au plus fort de la crise sanitaire, le milieu souffle enfin un peu après avoir connu «un très bel été», selon la présidente-directrice générale (PDG) de l'Association Hôtellerie Québec (AHQ), Véronyque Tremblay.  La saison estivale a été «au-delà» de ses ...