Publicité

16 novembre 2021 - 14:00

Le service de travailleur de rang de Lanaudière.

Un don généreux de la ferme laitière Jean-Claude Lafortune

Par Salle des nouvelles

La ferme laitière Jean-Claude Lafortune et Fils, située à Saint-Roch-de-l’Achigan, s’est vu récemment décerner une bourse « Hommage au client » d’un montant de 5 000 $ de Financement agricole Canada, en tant que client passionné et impliqué en agriculture.

La famille Lafortune a généreusement décidé de faire don de cette bourse pour le service de travailleur de rang de Lanaudière.

Le copropriétaire de l’entreprise, M. Jacques Lafortune explique : « Nous constatons l’importance d’assurer la pérennité de ce service pour les travailleuses et travailleurs agricoles. Depuis la mise en place de ce service, en février 2020, notre travailleuse de rang, Diane Carle, comme toutes les travailleuses de rang au Québec, est fort occupée, ce qui démontre que ça répond vraiment à un besoin criant sur le terrain ».

L’année dernière, les Producteurs de lait de Lanaudière ont aussi offert un montant de 5 000 $ pour ce service. Le concept de travailleur de rang, inspiré du travailleur de rue, s’inscrit dans une approche préventive proactive.

Le travailleur de rang va à la rencontre des producteurs agricoles, directement sur leur entreprise, afin de déceler et d'intervenir si un producteur, ou une personne de son entourage, démontre des signes de détresse psychologique.

Ce service est confidentiel et gratuit. Le taux de suicide chez les agriculteurs est malheureusement deux fois plus élevé que celui de la population générale. Le dossier de la santé psychologique est une priorité pour l’Union des producteurs agricoles.

La Fédération de l’UPA de Lanaudière est une organisation syndicale qui représente plus de 2 300 producteurs et productrices agricoles sur le territoire (1 568 entreprises).

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.