Publicité

20 octobre 2021 - 10:00

Investissement

Fonds de solidarité FTQ devient actionnaire du Groupe Crête

Par Mathieu Savard, Journaliste

Dans l’objectif d’appuyer la croissance du Groupe Crête, le Fonds de solidarité FTQ et les Fonds régionaux de solidarité FTQ Laurentides deviennent actionnaires de l’entreprise forestière familiale fondée en 1949.

Véritable meneur de fil dans le domaine de la transformation du bois d'oeuvre ainsi que de la valeur ajoutée. La société regroupe deux usines, soit Groupe Crête Chertsey inc. et Groupe Crête division St-Faustin inc. L'usine est un véritable moteur économique de premier plan, l'entreprise appuie plus de 325 emplois directs et indirects dans les régions de Lanaudière et des Laurentides. Ses produits sont principalement destinés au marché québécois, mais sont également vendus en Ontario et aux États-Unis.

« L'arrivée du Fonds de solidarité FTQ et des Fonds régionaux de solidarité FTQ dans l'actionnariat du Groupe Crête est une très bonne nouvelle pour tous nos employés. Les intérêts communs sont de soutenir la croissance de l'entreprise. Le Fonds connait très bien le secteur forestier et ses capacités financières seront un atout pour notre organisation et notre développement futur », a mentionné Sébastien Crête, président du Groupe Crête.

En étant certifié FSC (Forest Stewardship Council), le Groupe Crête s'engage à permettre à la forêt québécoise de se régénérer et de continuer à jouer son rôle de poumon de la planète. La certification FSC est un système international de certification dédié à la promotion de l'aménagement responsable des forêts de la planète. Cela signifie que des forêts sont évaluées en fonction des normes environnementales et sociales strictes du FSC.
 

 

 

 

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.