Publicité

18 février 2021 - 08:30

Négociations des conventions collectives du secteur public

Cortège de reconnaissances pour les travailleurs de la santé

Par Salle des nouvelles

Un cortège automobile formé des équipes lanaudoises de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), de la Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) et de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) s'est rendu hier à différents points de services afin d’offrir de la reconnaissance aux personnes salariées du CISSS de Lanaudière.

« Les travailleuses et les travailleurs de la santé et des services sociaux mettent du cœur à l’ouvrage pour offrir des services de qualité à la population, et ce, malgré la COVID-19, les difficultés du réseau et le manque de volonté du gouvernement d’y pallier. C’est pourquoi nous allons aujourd’hui à leur rencontre afin de souligner à quel point ils et elles exercent un travail essentiel et exceptionnel », ont indiqué Kevin Newbury, Stéphane Cormier et Simon Deschênes, respectivement présidents de l’APTS, de la FIQ et de la CSN dans Lanaudière.

L’événement prenait la forme d’un cortège de voitures afin de respecter les restrictions sanitaires en vigueur.

Rappelons également que les conventions collectives du réseau de la santé et des services sociaux sont échues depuis le 31 mars 2020.

« Les négociations du secteur public sont gelées depuis des mois, malgré une pénurie de main-d’œuvre criante et le fait que nous tenons le réseau à bout de bras en pleine pandémie. Il est temps que le premier ministre se décide à nous entendre, car les mercis, ça suffit. Nos membres sont en droit de s’attendre à une véritable reconnaissance de la part du gouvernement, à la hauteur de leur rôle essentiel pour la santé de la population de Lanaudière », ont conclu les porte-parole syndicaux.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.