Publicité

9 septembre 2020 - 10:00

Risques d'incendie

Rappel de Santa Fe, de Sorento et de Optima par Kia et Hyundai

Marie-Claude Pilon

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

Les fabricants automobiles Kia et Hyundai procèdent au rappel de milliers de voitures en lien avec un risque d’incendie potentiel. Au total, 643 000 véhicules sont concernés par cette procédure, dont le VUS Santa Fe 2013-2015, le VUS Sorento 2014-2015 et la berline Optima 2013-2015. 

Le problème à l’origine de ce rappel se décrit, selon Hyundai, comme une fuite du liquide de frein qui peut survenir et casser un court-circuit électrique. Pour les véhicules Kia Optima et le VUS Sorento, le liquide peut s’évacuer à l’intérieur de l’unité de contrôle électrique hydraulique, ce qui provoque un court-circuit. Celui-ci peut résulter par un incendie.

Quant au Santa Fe, le liquide peut s’échapper à l’intérieur du module du système de freinage antiblocage et provoquer aussi un court-circuit électrique. Selon les fabricants, 283 803 Optima, 156 567 Sedona et 151 205 Santa Fe sont touchés par ce rappel. 

Voyant lumineux 

Mais comment identifier ce problème non visible? Les propriétaires des véhicules ciblés par ce rappel peuvent remarquer une lumière allumée dans le tableau de bord, sentir une odeur de brûlé ou voir de la fumée issue du compartiment moteur. 

Le voyant ABS s’allume? Si c’est le cas, Hyundai conseille de ne pas conduire le véhicule et de débrancher le câble positif de la batterie. Sinon, les voitures peuvent être conduites en toute sécurité jusqu’à la réparation. Jusqu’à présent, on rapporte 15 incendies de véhicule Hyundai liés à cette problématique contre huit pour Kia. 

Notons que les avis de rappel seront acheminés aux propriétaires des véhicules ciblés dès le 15 octobre prochain. Ceux qui possèdent une voiture Hyundai seront mis au courant vers le 30 octobre par lettre. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.