Publicité
16 mars 2020 - 10:17

PANDÉMIE Covid-19

Voyageurs de retour de l'étranger: un plan d'intervention déployé à l'aéroport de Montréal-Trudeau dès 13h

Par Inès Lombardo, Journaliste

En point presse ce matin, la directrice régionale de santé publique de Montréal, Dre Mylène Drouin, a présenté les détails de l’intervention à l’aéroport Montréal-Trudeau en compagnie de la mairesse de Montréal Valérie Plante. Une intervention concentrée sur les voyageurs de retour de l'extérieur du Canada sera développé ce lundi 16 mars, dès 13h, avec la collaboration de la Ville de Montréal.

« Aujourd'hui, on s'adresse spécifiquement aux voyageurs.»

Prendre sa température deux fois par jour

Dans quelques heures, des équipes de terrain de professionnels en santé publique et en sécurité publique (employés de la Ville de Montréal) seront présents à l'aéroport pour renforcer les consignes déjà données par le premier ministre François Legault et pour répondre aux questions des voyageurs qui en auront besoin. Valérie Plante a précisé que les agents de sécurité publique de Montréal qui seront sur place sont formés par les professionnels de santé.

La Dre Mylène Droin a annoncé qu'il allait être communiqué aux voyageurs de prendre leur température deux fois par jour et de surveiller l'arrivée éventuelle de symptômes (fièvre, toux, difficultés respiratoires, nez qui coule...). Une demande de matériel a été effectuée auprès de la réserve fédérale pour équiper les gens.

« Chaque fois qu'un voyageur ne s'isole pas, il y a une brèche »

Pour le reste, les consignes ne bougent pas. Les Québécois et les Canadiens en visite doivent rester chez eux pendant 14 jours après un voyage à l'extérieur. Concrètement, cela se traduit pas le fait de ne pas aller travailler, ne pas aller à l'école, ni dans les lieux publics.

Si quelqu'un revient seul de voyage et qu'il réintègre sa famille, il faut que cette personne s'isole; faire chambre à part et limiter tous les contacts. En cas de contact, il faut mettre un masque et demeurer à une distance de deux mètres.

Enfin, l'autre mesure qui va être dispensée aux voyageurs: rehausser le niveau d'hygiène, soit se munir de mouchoirs et les jeter immédiatement après utilisation. Il a été rappelé de se laver les mains pendant 20 secondes au moins juste après. Dans le contexte de concentration de la population à Montréal, l'importance de ses consignes prend une toute autre ampleur.

Mylène Drouin, ainsi que la mairesse de Monréal Valérie Plante, qui collabore avec la Direction de la Santé publique (DSP) pour ce plan d'intervention, l'ont toutes les deux rappelé:

« Tous les cas que nous avons eu actuellement ont comme source un voyage à l'extérieur. On sait que le voyage est un facteur de risque. Chaque fois qu'un voyageur ne s'isole pas, il y a une brèche et une baisse de stratégie. Lorsque l'on vous dit de vous isoler, vous devez respecter les recommandations. C'est déterminant pour l'efficacité des stratégies déployées ces derniers jours ».

Ces stratégies font références à l'aplanissement de la courbe.

Les amis, collègues et proches d'une personne qui vient de voyager ont été pressés d'exiger de la personne de retour qu'elle s'isole, tout en la soutenant dans ses besoins (courses, etc).

La DSP a certifié que le premier cas de coronavirus à Montréal se porte bien et a été testé négatif. Sa période d'isolement s'est terminée hier. Deux autres sont actuellement en soins intensifs.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.