Publicité

15 mars 2020 - 16:59

PANDÉMIE- COVID-19

Le Bloc Québécois demande la mise en application de sa stratégie de gestion des points d’entrée de 22 mesures

Par Marie-Claude Pilon, Journaliste

En conférence de presse, tenue plus tôt en ce dimanche 15 mars, le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a présenté une stratégie de gestion des points d’entrée afin de limiter la propagation du coronavirus au Québec, mais aussi à l’échelle nationale.

Entouré des députés Christine Normandin, Stéphane Bergeron et Luc Thériault, respectivement porte-paroles en matière d’Immigration, de Santé et d’Affaires étrangères, il a présenté ce plan se déclinant en 22 mesures.

« Dans la mesure où le gouvernement du Canada déploiera des mesures compatibles avec la rigueur et l’urgence de celles que nous proposons, le Bloc Québécois offrira son soutien. Notre formation politique recevrait favorablement la formation d’un comité parlementaire restreint informé des initiatives avant leur publication sur une base quotidienne. Redonnons espoir et soyons dignes de la confiance que les gens ont placé en nous en ces temps difficiles », soutenait-il avant d’énumérer les actions à prendre.

Selon le Bloc Québécois, voici ce que le gouvernement doit faire à court ou moyen terme:

1) Être partie prenante aux initiatives internationales à des fins de recherche, de contention de la pandémie, du déploiement de restrictions de voyage conformes aux principes retenus au pats et de soutien mutuel à l’économie des partenaires internationaux;

2) Suspendre les privilèges diplomatiques aux déplacements vers l’étranger ou de l’étranger dans l’optique d’assujettir le personnel du corps diplomatique à des règles similaires à celles imposées aux autres voyageurs;

3) Établir des protocoles spécifiques et déployer des moyens pour prévenir propagation et assurer le traitement possible des cas dans les communautés isolées et autochtones. Ces protocoles devront avoir eu l’assentiment de ces peuples avant leur application.

4) Soumettre les travailleurs essentiels au commerce transfrontaliers à un protocole spécial de distanciation sociale durant  leur séjour à l’étranger selon des paramètres établis par les autorités de santé et de sécurité publique.

5) Déployer les ressources nécessaires afin de diminuer l’impact économique de la pandémie dans les conditions les plus sécuritaires possibles.

6)  Débloquer un budget exceptionnel afin que tous les centres de recherche spécialisés puissent accélérer le processus de découverte de tests plus rapides et accessibles (ainsi que de traitements et de développement d’un vaccin pour contrer le virus).

7) Assurer une collecte de données à des fins préventives et de recherche scientifique sur le virus par le biais de questionnaires à toute personne autorisée à entrer sur le territoire.

8) Se prévaloir, dès maintenant, de la clause de l’Entente entre tiers pays sûrs le liant au États-Unis permettant de suspendre l’application de l’Entente et fermer sans délai tous les points d’entrée irréguliers connus, au premier chef celui du Chemin Roxham près du poste de Lacolle.

9) Ajouter du personnel en santé et en sécurité aux points d’entrée ainsi restreints, en collaboration avec Québec et les provinces.

10) Restreindre le nombre de points d’entrée terrestres, maritimes et aéroportuaires sur le territoire.

11) Déployer les moyens nécessaires, dans le respect de règles sanitaires strictes, afin que les voyageurs identifiés soient placés en isolement à proximité des lieux d’entrée sur le territoire.

12) S’assurer que les travailleurs aux points d’entrée sur le territoire soient légalement habilités à offrir, mais surtout, si jugé pertinent, contraindre les voyageurs entrant sur le territoire à s’assujettir à une période de quarantaine et au test de dépistage du virus.

13) Doter les travailleurs aux points d’entrée sur le territoire d’une formation immédiate favorisant la probabilité de détection de possibles porteurs du virus.

14) Assurer l’approvisionnement prioritaire des institutions publiques (santé et sécurité) et des travailleurs aux points d’entrée en équipements de protection, de tests et détection et au besoin d’isolement, en collaboration avec Québec et les provinces.

15) Interdire l’accès au territoire à tout autre voyageur et refuser l’émission de visas ou suspendre les visas pour tout motif établi non-essentiel, quelle que soit l’origine du voyageur.

16) Établir une liste de critères requis à l’entrée sur le territoire de citoyens étrangers pour des motifs jugés essentiels (collaborations internationales, recherche, commerce de biens…) et interdire toute entrée sur le territoire à défaut de conformité à de tels critères.

17) Décréter que les points d’entrée doivent immédiatement être l’objet d’une désinfection fréquente des surfaces de contact propices à la propagation du virus.

18) Décréter un encadrement des prix et des pratiques tarifaires afin de réparer, restreindre et interdire toute pratique des transporteurs canadiens de personnes ayant pour effet d’augmenter les prix au détriment de voyageurs contraints au retour sur le territoire.

19) Déployer les ressources consulaires et financières requises afin qu’aucun citoyen québécois ou canadien ne soit pas accompagné dans sa volonté de rentrer sur le territoire, quel que soit son point de départ.

20) Établir une date limite à compter de laquelle toute entrée sur le territoire par un citoyen qui ne se serait pas soumis à l’injonction quant au retour immédiat devra obtenir une autorisation spécifique.

21) Soumettre tous les Canadiens qui rentrent au pays à toute démarche de détection que les autorités compétentes jugeront souhaitable, incluant au préalable un test de dépistage ou une quarantaine de durée prescrite.

22) Décréter que les déplacements vers l’étranger établis comme non-essentiels par les autorités compétentes sont interdits, quelle qu’en soit la destination.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.