Publicité
28 décembre 2019 - 07:00

Risque de fraude

Attention aux cartes de crédit prépayées !

Gabrielle Denoncourt

Par Gabrielle Denoncourt, Journaliste

Des cartes de crédit prépayées ont pu être glissées dans les bas de Noël. Récemment, plusieurs cas de fraudes ont été rapportés à Winnipeg; la Gendarmerie royale du Canada (GRC) rappelle que personne n’est à l’abri.

Les cartes achetées avaient des valeurs différentes, souvent de 25 $ ou de 50 $, mais pouvant aller jusqu’à 200 $. Les arnaqueurs volent dans les magasins les cartes de crédit prépayées qui n’ont pas été activées. Ils ouvrent facilement les emballages et ils y glissent une fausse carte. Pour qu’elle paraisse plus réaliste, ils appliquent un collant avant de refermer et la remettent en place.

Pour les simples consommateurs et les caissiers, il peut être très difficile de reconnaître une fausse carte et que l’emballage a déjà été ouvert. Le système de code-barre se trouve bien souvent sur l’emballage et c’est par ce code qu’elle est activée. Ainsi, les escrocs pourront utiliser les cartes volées qui auront été activées. L’acheteur ne s’en apercevra que lors de l’utilisation.

Afin de vous éviter des mauvaises surprises, il est recommandé de vérifier l’emballage et de signaler aux employés ou à la compagnie de crédit toute altération. À l’achat, vous devriez déballer la carte pour en vérifier son authenticité.

Ce n’est pas la première année que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a reçu un signalement de fraude de ce type. L’année dernière, c’est au Nouveau-Brunswick que cela avait eu lieu. En 2017, des cas avaient été rapportés un peu partout à travers le pays.

Si vous croyez avoir été victime d’une arnaque, vous êtes invité à communiquer avec le Centre antifraude du Canada.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.