Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
8 décembre 2017 - 10:03

Bon 25e anniversaire au ROCASML: Un 5 à 7 sous le signe de la déstigmatisation

Par Salle des nouvelles

Les 25 ans du Regroupement des organismes communautaires et alternatifs en santé mentale de Lanaudière (ROCASML) ont été soulignés hier, lors d’un 5 à 7 tenu à la Distinction, à Joliette. Une trentaine de personnes issues des différents groupes membres de l’organisme, du milieu de la santé et des services sociaux, et des représentants des bureaux des députés Véronique Hivon et Gabriel Ste-Marie ont assisté à l’événement festif. « Tous les organismes communautaires naissent des besoins de la communauté. Le ROCASML, pour sa part, est né d’un besoin d’organismes lanaudois dédiés à la santé mentale, qui ont senti le besoin de se rassembler pour discuter de divers enjeux préoccupants. Depuis nos débuts, de nouveaux organismes ont été créés, des enjeux ont évolué, d’autres moins, et ensemble, on a continué d’avancer. On célèbre aujourd’hui les 25 ans de ce beau et grand travail collectif », a affirmé Lisette Dormoy, présidente du ROCASML et animatrice de la soirée.

Un parcours enrichissant pour toute la région
En ouverture, madame Dormoy a dressé un portrait de l’impressionnant chemin parcouru par le ROCASML. Au fil des ans, l’organisme actif sur les plans local, régional et national a pris part activement à de nombreuses tables de concertation et participé à la mobilisation des acteurs du milieu. Il a offert son appui et mis la main à la pâte pour permettre la mise en place de multiples projets visant à sensibiliser le public à l’expertise des ressources alternatives en santé mentale et à soutenir les personnes utilisatrices de services en santé mentale, comme le programme d’Accompagnement à la gestion autonome de la médication (GAM). Depuis toutes ces années, l’organisme contribue aussi au transfert de connaissances et à l’amélioration des pratiques alternatives en santé mentale, notamment par le biais de recherches, de réflexions, de colloques et de formation.

La personne au-delà du diagnostic
Comme en fait foi sa grande campagne de distribution de signets portant sur la stigmatisation, organisée cette année dans les bibliothèques de la région, le ROCASML rappelle et martèle qu’une personne ne se définit pas par une étiquette ou un diagnostic. Ainsi, les personnes présentes au 5 à 7 ont reçu la visite de Blue Woman, un personnage illustrant, de fort belle façon, ce principe. BlueWoman entre en scène, vêtue d’un costume intégral bleu sur lequel ont peut lire des étiquettes portant différents noms de maladies mentales. Peu à peu on la dépouille de ses étiquettes, défaisant certains mythes et tabous, puis lorsque toutes les étiquettes ont disparu, on découvre la tête de la personne dans le costume de BlueWoman, qui nous raconte brièvement son histoire. Les participants du 5 à 7 ont également eu la chance d’entendre une conférence de madame Julie Rivard, animatrice au CAMÉÉ (Centre d’activité pour le maintien de l’équilibre émotionnel) d’un groupe d’entendeurs de voix et un mot d’appui de madame Annie Pavois, coresponsable au développement des pratiques et à la formation pour le Regroupement des ressources alternatives en santé mentale du Québec.

Avec ses nombreuses réalisations significatives tant pour les Lanaudois et Lanaudoises ayant un problème de santé mentale que pour les organismes et intervenants qui travaillent auprès d’eux, on ne peut que souhaiter longue vie au ROCASML. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.