Publicité

3 septembre 2021 - 09:52

Négociations syndicales

Les employés du Collège Esther-Blondin ont voté un mandat de grève de cinq jours

Benjamin Richer

Par Benjamin Richer, Journaliste

Réunis en assemblée générale le lundi 30 août 2021, la soixantaine de membres du corps professoral du collège Esther-Blondin se sont prononcés à 98 % en faveur d’un mandat de cinq jours de grève à être utilisés au moment jugé opportun.

Après une dizaine de séances de rencontres avec l’employeur, la négociation est actuellement dans l’impasse.

La lourdeur de la tâche ne ferait qu’augmenter au collège alors que le programme sports-études croît en popularité. « On nous demande d’enseigner les notions en moins de périodes. Pour avoir un horaire hebdomadaire complet, les enseignantes et les enseignants doivent donc accepter de donner des cours additionnels dans d’autres matières. Préparation, suivis et corrections se multiplient, au détriment du service direct aux élèves », dénonce Gilbert Melançon, président du Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège Esther-Blondin (FNEEQ-CSN). Le syndicat réclame plus de temps pour accomplir toutes les tâches, au profit des élèves. 

Cette réalité, tout comme les ratios profs / élèves et les l’impact des élèves à besoins particuliers avec un plan d’intervention, a été abordée à la table des négociations, où l’employeur en appelle maintenant à un conciliateur.

 « Dans tous les collèges privés, incluant au Collège Esther-Blondin, les parents d’enfants nécessitant un plan d’intervention font le sacrifice de payer pour obtenir des services personnalisés. Cela implique du temps pour que les enseignantes et les enseignants puissent bien analyser et répondre aux besoins », précise Léandre Lapointe, vice-président de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, responsable du regroupement privé (FNEEQ–CSN). 

Sans convention collective depuis le 30 juin 2020, le syndicat demande au conseil d’administration du collège d’octroyer les mandats nécessaires au comité patronal de négociation pour régler à la satisfaction des parties.

« Les familles de Lanaudière connaissent la réputation et le dévouement du personnel enseignant du Collège Esther-Blondin, qui font sa renommée. C’est parce que nous avons à cœur la formation des 1 200 élèves que nous luttons actuellement. En ce sens, nous souhaitons limiter au minimum l’impact de nos moyens de pression à venir sur la vie des parents et des enfants », conclut la présidente du Conseil central de Lanaudière – CSN, Patricia Rivest

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.