Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 mai 2018 - 13:25

Le Bureau de la concurrence doit enquêter sur le prix de l’essence

Par Salle des nouvelles

Alors que le prix du litre d’essence a de nouveau bondi à l’aube de la belle saison, le Groupe parlementaire québécois demande au gouvernement Trudeau d’ordonner au Bureau de la concurrence une enquête sur la fixation du prix du carburant.

« Chaque printemps, c’est la même histoire. Plus la température grimpe, plus le prix de
l’essence augmente. C’est rendu l’habitude : à la veille d’une longue fin de semaine ou juste à
temps pour les vacances de la construction, le prix à la pompe fracasse des records. Chaque
fois, on demande au gouvernement fédéral d’intervenir et chaque fois, il abandonne la
population. Nous lui demandons aujourd’hui de prendre ses responsabilités et d’ordonner la
tenue d’une enquête
», a déclaré Gabriel Ste-Marie, député de Joliette.

Tout citoyen peut se plaindre au Bureau de la concurrence et lui suggérer de se pencher sur
toute situation jugée suspecte. Cependant, conformément à l’article 10 (1) c) de la Loi sur la
concurrence, seul le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique,
Navdeep Bains, a le pouvoir d’ordonner au Bureau la tenue d’une enquête.

Le Groupe parlementaire québécois lui demande de faire usage de ce pouvoir, constatant des
irrégularités dans les marges de profit des pétrolières laissant craindre qu’il puisse y avoir
collusion pour la fixation des prix à la pompe. Le gouvernement fédéral a refusé à deux reprises
d’exiger cette enquête.

« Alors que les gens se serrent la ceinture pour se planifier des vacances d’été, Ottawa doit agir
pour leur éviter une autre mauvaise surprise à la pompe. Le gouvernement Trudeau a été bien
assez généreux avec les pétrolières en leur accordant des subventions à la pelletée et deux
nouveaux pipelines. Il est plus que temps qu’il intervienne une bonne fois en faveur de la
population
», a conclu Gabriel Ste-Marie.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.