Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 octobre 2017 - 14:11

Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel

La MRC de D’Autray aspire à un engagement du gouvernement fédéral

Par Salle des nouvelles

 Lors de la séance du Conseil de la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray du mois d’octobre, les élus se sont engagés à soumettre des recommandations relatives au patrimoine culturel immatériel à l’intention du gouvernement fédéral canadien. À ce jour, les municipalités de Saint-Barthélemy, Saint-Didace, Sainte-Élisabeth, SaintIgnace-de-Loyola, Sainte-Geneviève-de-Berthier, Saint-Cuthbert, Saint-Gabriel-de-Brandon, La Visitation-de-l’Île-Dupas, Saint-Norbert, Mandeville, Ville de Saint-Gabriel, Lavaltrie et Berthierville ont fait le même geste. Lanoraie et  Saint-Cléophas-de-Brandon devraient suivre au cours des semaines à venir. 
 
Guidée par le geste du Conseil québécois du patrimoine vivant, la MRC de D’Autray invite le gouvernement à signer la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO (adoptée en 2003) qui reconnaît l’importance du patrimoine culturel immatériel comme creuset de la diversité culturelle et comme garant du développement durable. À ce jour, 175 États sont signataires de cette convention. 

Par ce geste symbolique fort, les élus de la MRC reconnaissent la richesse des traditions transmises de génération en génération et de ses porteurs de traditions. Ces acteurs culturels sont indispensables à la vitalité du territoire et de leurs pratiques.  

Une participation est souhaitée afin que les mesures nécessaires soient prises pour assurer la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le tout est envisageable par l’identification des différents éléments dudit patrimoine présent sur le territoire, par le développement de formules de sauvegarde et aussi par la transmission de génération en génération. 
 
En 2011, le gouvernement du Québec a adopté la Loi sur le patrimoine culturel qui inclut la notion de patrimoine immatériel. Quant à la MRC de D’Autray, elle contribue énergiquement à sa valorisation. La mise en place de l’initiative Pour la suite du geste… rassemblons-nous! est un exemple concret. Ce projet collectif relève l’importance du transfert de connaissances en lien avec l’artisanat traditionnel. En octobre et en novembre, des porteurs de savoir-faire se prêteront à des ateliers d’initiation gratuits où tout un chacun pourra assimiler des expertises dont la connotation identitaire a été signalée par les citoyens lors de consultations publiques.  
 
Toutes les municipalités locales du territoire d’autréen ont été invitées lors de l’assemblée plénière du 27 septembre à emboîter le pas à la MRC de D’Autray en adoptant la même résolution. La résolution de la MRC de même que celles des municipalités seront acheminées au premier ministre du Canada  M. Justin Trudeau de même qu’à la ministre du Patrimoine canadien, Mme Mélanie Joly. 

« La mise en œuvre de notre initiative Pour la suite du geste… rassemblons-nous! aura permis l’identification de plus de 176 éléments et porteurs de tradition et aussi de cibler trois savoir-faire à sauvegarder et promouvoir : le fléché, le tissage et le gossage de cups. Tout comme le recommande la convention de l’UNESCO, la collectivité d’autréenne est au cœur même de cette démarche et c’est en étroite collaboration avec plusieurs citoyens et organismes que nous l’avons développée », a mentionné Mme Marie-Julie Asselin, agente de développement culturel de la MRC, par la voie d’un communiqué de presse. 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.