Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
12 juillet 2017 - 15:40

Sainte-Élisabeth protège l’un de ses joyaux

Par Salle des nouvelles

Lors de sa séance du conseil du 4 juillet, la municipalité de Sainte-Élisabeth a adopté un règlement visant à citer son presbytère situé au 2411, rue Principale ainsi qu’une partie de son terrain à titre de biens patrimoniaux, le tout conformément à la législation provinciale. Le presbytère est l’un des rares bâtiments de cette rue dont l’intégrité architecturale a été préservée. Quant au terrain, il se démarque par ses chênes matures et la simplicité de son aménagement.  
 
Le règlement permet la reconnaissance et la préservation du caractère patrimonial du bâtiment et de la partie avant du terrain. L’inventaire du patrimoine bâti de la Municipalité régionale de comté (MRC) de D’Autray, de même qu’une recommandation de la Société des amis du patrimoine bayollais, ont influencé positivement la municipalité dans sa décision. Ledit document de référence recommandait la protection et la mise en valeur du bâtiment pour les générations à venir en raison de son histoire et de son architecture. Ainsi, la municipalité a rencontré la MRC, en mars dernier, pour obtenir de l’information concernant le processus de citation et la Loi sur le patrimoine culturel. 
 
Cette loi vise à favoriser la connaissance, la protection, la valorisation et la transmission du patrimoine culturel dans l’intérêt public, et ce, dans une perspective de développement durable. Elle accorde aux municipalités locales des pouvoirs leur permettant d’assurer la protection de leur patrimoine. 
 
Afin de respecter les exigences préalables à la citation, un Conseil local du patrimoine a été mis en place dans le but de transmettre ses recommandations au conseil municipal pour l’élaboration du règlement de citation et pour sa mise en œuvre. Ses membres sont Johanne Pagé, Claude Houle, Pierre Desjardins, Claude Ducharme, Guy Lavallée et Marie-Julie Asselin, agente de développement culturel de la MRC. Les citoyens ont eu l’opportunité de s’exprimer sur le projet lors d’une consultation publique tenue le 29 mai dernier. 
 
« Les membres du conseil trouvent important la préservation du presbytère qui a su garder son cachet d’antan et qui est situé en plein cœur de la municipalité.  Le conseil a choisi de se prévaloir de la loi afin de protéger ce bâtiment d’une grande importance pour l’ensemble des citoyens de Sainte-Élisabeth », a mentionné  M. Mario Houle, maire de la municipalité, à propos de la citation. 
 
Le règlement de citation du presbytère vise donc à protéger l’architecture du bâtiment, soit l’extérieur, de même que l’aménagement paysager devant le bâtiment, mais il dresse aussi l’historique du bâtiment, présenté dans les motifs de la citation, et identifie de plus les procédures pour obtenir une demande de permis de réalisation de travaux. Cinq types d’intervention seront possibles, soit l’entretien ou le maintien en bon état, le remplacement à l’identique, la restauration ou réhabilitation des traits d’origine, la transformation de la fonction du bâtiment et la mise aux normes pour des fins sécuritaires. 
 
Le presbytère bayollais est le premier bâtiment cité du territoire d’autréen puisque Sainte-Élisabeth est l’unique municipalité de la MRC de D’Autray ayant utilisé la Loi sur le patrimoine culturel dans le dessein de préserver un immeuble, faisant de ce projet une démarche exemplaire. D’autres municipalités pourraient emboîter le pas et participer à la sauvegarde du patrimoine. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.