Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 février 2017 - 08:38

Refuseriez-vous un cadeau de 2000$ pour financer les études de votre enfant?

Par Salle des nouvelles

67% des familles québécoises à budget modeste sont dans cette situation car elles ignorent ou méconnaissent le Bon d’études canadien (BEC). Selon un rapport annuel de 2015 de Statistique Canada, ce bon d'études permet à ces familles de recevoir une somme de 500$ du fédéral dès l'ouverture d'un Régime enregistré d’épargne-étude (REÉÉ) sans aucune obligation de cotiser. Par la suite, le gouvernement peut verser annuellement une somme de 100$ au compte REÉÉ jusqu’à ce que l’enfant ait 15 ans. 

Êtes-vous parmi les 33% des familles qui vont chercher ce 2000$? L’ACEF Lanaudière constate sur le terrain que les familles à faible revenu croient à tort qu’elles sont obligées de déposer de l’argent. C’est donc pour cette raison qu’elles n’ouvrent pas de REÉÉ. Mais il n’est pas trop tard pour agir. Selon les critères d’admissibilité, ces sommes peuvent être rétroactives si le compte de l’enfant est ouvert avant ses 15 ans. Renseignez-vous! 

D’autres subventions sont aussi offertes par les gouvernements pour encourager tous les parents à cotiser au REÉÉ de leurs enfants soit l’Incitatif québéçois à l’épargne-études et la Subvention canadienne pour l’épargne-études. L’ACEF vous conseille de bien choisir votre fournisseur et d’opter pour un régime souple sans aucune obligation d’y verser même 1$. Pour répondre à toutes vos questions, consultez le site de l’Union des consommateurs : www.reee-info.net

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.