Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 novembre 2017 - 08:29

Véronique Hivon plaide pour un meilleur financement des ressources intermédiaires d’hébergement

Par Salle des nouvelles

Dans la foulée d’une rencontre avec plusieurs intervenants de ressources intermédiaires d’hébergement de la circonscription de Joliette, la députée Véronique Hivon lance un appel au gouvernement et presse le ministre de la santé, Gaétan Barrette, d’agir rapidement pour assurer la pérennité des services offerts par ces ressources indispensables.

À bout de souffle et l’entente de financement les liant à Québec étant échue depuis 2015, les administrateurs de ressources intermédiaires estiment que la survie de plusieurs d’entre elles, surtout les plus petites, pourrait être menacée, puisqu’il devient de plus en plus difficile d’offrir des conditions de travail convenables aux employé(e)s.

« La pression sur les ressources intermédiaires, qui font un travail essentiel, va en grandissant, mais les budgets et les ressources ne suivent pas. Cette situation est intenable et au final, ce sont les usagers, nombreux, qui vont faire les frais de ce désengagement du gouvernement », dénonce Véronique Hivon.

« À Joliette, nous avons 15 ressources intermédiaires et dans l’ensemble de la région de Lanaudière, on en compte 39. Ce sont des gens de cœur qui y œuvrent, pour offrir un milieu de vie et des services de qualité aux personnes les plus vulnérables de notre société », ajoute-t-elle.

« Il est urgent que le ministre rétablisse les canaux de discussion et négocie de bonne foi. Voilà plusieurs mois que les choses sont au point mort, c’est inacceptable et méprisant envers toutes les personnes qui accomplissement un travail tellement important au quotidien », insiste Véronique Hivon, qui conclut en s’engageant à porter ce message auprès du gouvernement.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.