Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 octobre 2016 - 05:30

Faut qu’on se parle : Des citoyens de Joliette organisent une assemblée ouverte le 16 novembre en soirée

Dans le cadre de la tournée québécoise de Faut qu'on se parle, un collectif de  citoyens et citoyennes invite la population de Joliette à participer à une assemblée qui se déroulera le 16 novembre 2016 à la Salle Calimarose du CEGEP de Joliette, à partir de 19 heures.  

« Nous tenterons au cours de ces échanges positifs, d’aborder le Québec que nous aimerions voir naître. Bien sûr, les opinions divergent mais une chose demeure, c’est que les gens ont envie et besoin d’en parler. Au cours de nos échanges qui seront animés par Gabriel Nadeau-Dubois, nous espérons émettre des propositions originales, parfois concrètes, parfois étonnantes afin de contribuer à la construction du Québec de demain, affirme Bernard Bohmert, un des membres du comité organisateur de la soirée Faut qu’on se parle Joliette. Comme la consultation initiale, ne passait par Joliette, nous avons voulu mobiliser différents réseaux afin de rejoindre le plus de monde possible. Nous savons que Lanaudière est heureuse de prendre la parole lors de cette consultation 2.0 unique ».

Le comité organisateur souhaite que des gens d’ici, d'horizons différents, jeunes et plus vieux, fédéralistes et souverainistes, hommes, femmes, Québécois de naissance et issus de l'immigration, tenants de la droite et de la gauche, discutent autour de quelques-unes des questions proposées.

Pour s’inscrire et participer, les participants peuvent visiter le site suivant : https://lepointdevente.com/billets/joliettefautquonseparle

Horaire de la soirée :
18h30 à 19 h : Accueil
19 h à 21 h 30 : Échanges Faut qu'on se parle avec Gabriel Nadeau-Dubois.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.