Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
16 mai 2011 - 10:00

Une vague comparable à celle de l'ADQ en 2007?

Par Julie Beauchamp-Martin

La vague orange qui a balayé le Québec le 2 mai dernier rappelle à l'ancien député adéquiste de Joliette, Pascal Beaupré, la montée surprise de son parti aux élections provinciales de 2007.

Pascal Beaupré venait tout juste d'avoir 24 ans lorsqu'il a été élu dans la circonscription de Joliette. «Je ne m'y attendais pas du tout», se rappelle l'avocat. Il avait alors dû se trouver du personnel rapidement et mettre son bureau sur pied. «Tout ça en moins d'un mois», se remémore-t-il. Avant de se mettre au travail à Québec, le jeune député avait également dû suivre une formation à l'Assemblée nationale et lire une série de volumes sur ses fonctions.

Comparativement aux députés de la vague adéquiste, les élus néo-démocrates ont de la chance selon Pascal Beaupré. «Ils vont avoir quatre ans pour se faire valoir, alors que nous, nous n'avons eu qu'un an et demi», explique-t-il.

Lorsqu'il pense à son aventure en politique, Pascal Beaupré n'a qu'un seul regret. «J'ai manqué de temps. Mais les Néo-démocrates, eux, ont l'avantage d'en avoir.»

Rien en commun

Pour la nouvelle députée de Montcalm, la Néo-démocrate Manon Perreault, l'engouement pour son parti n'est pas du tout comparable à celui pour l'ADQ en 2007. «La vague orange, c'est une vague qui va durer», explique-t-elle.

La nouvelle élue soutient que tout repose sur le travail qui sera accompli. «Si on est présents dans notre circonscription et qu'on travaille pour les citoyens, on est là pour rester», ajoute Mme Perreault.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.