Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
14 octobre 2016 - 05:30

Un chauffard récidiviste plaide coupable

Guy Latour

Par Guy Latour, Journaliste

Toutes les réactions 1

Ayant déjà été condamné par le passé pour conduite dangereuse causant la mort, un chauffard vient à nouveau d’être condamné.

Tommy Mazzerole-Cottenoir, 29 ans, de Saint-Jean-de-Matha, a reconnu sa culpabilité, le 4 octobre, au palais de justice de Joliette, à une accusation de conduite pendant interdiction.

Le 3 août 2014, alors qu’il en circulait en VTT, sur la route, à Saint-Jean-de-Matha, il a été intercepté par les policiers près de la Caisse populaire.

Or, en 2011, Cottenoir avait été condamné à trois ans de pénitencier avec une interdiction de conduire de cinq ans. L’accusé a enregistré son plaidoyer devant le juge Jean Roy. De façon commune, la Couronne, représentée par Me Laurent Kominik, et la Défense, par Me Michael Brind’Amour, ont fait une suggestion commune d’amende de 1000$ avec une interdiction de conduire d’un an.

Trois ans

En avril 2011, Tommy Mazzerole-Cottenoir avait été condamné à une peine de trois ans d’incarcération pour avoir conduit son véhicule, en état d’ébriété, causant la mort d’une personne et en blessant quatre autres gravement.

Le 1er juillet 2006, sur la route principale à Sainte-Mélanie, le véhicule, conduit par l’accusé, alors âgé de 19 ans, a percuté de plein fouet une motocyclette qui arrivait en sens inverse.  Le conducteur de la motocyclette, Alain Neveu, n’avait eu aucune chance et son décès avait été constaté.

Le véhicule de Mazzerole-Cottenoir a par la suite percuté une autre moto blessant deux autres personnes. Ceux-ci conservaient encore des séquelles de l’accident, lorsque la sentence avait été prononcée en 2011.

Qui plus est, la femme de la victime ainsi que les deux personnes blessées avaient pardonné au chauffard lors d’une rencontre émotive, sur les lieux de l’accident durant les procédures judiciaires.

Le juge François Landry, qui avait condamné Tommy Mazzerole-Cottenoir, avait été impressionné par ce geste. «Leur témoignage d’aujourd’hui est tout un message sur le plan humain et sur l’amour de la vie. C’est exceptionnel de voir des victimes être aussi serein envers un accusé après un événement aussi dramatique », avait mentionné le magistrat.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Espérant que le juge s'en tiendra au comportement de l'accusé et non à la générosité des victimes. C'est l'accusé qui doit avoir une sentence et non une bonification qui ne le concerne pas personnellement. Il est plus que temps que LES JUGES apprennent à JUGER et s'en tenir aux faits émis en preuve et non aux sentiments des témoins et des victimes qui eu n'ont pas à JUGER.

    giscar - 2016-10-14 15:46