Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 février 2016 - 14:51

Les internautes invités à s’informer lors de la Journée pour un Internet plus sûr

Dans le cadre de la Journée mondiale pour un Internet plus sûr, la Sûreté du Québec, en collaboration avec le Centre canadien de la protection de l’enfance, invite les parents à se renseigner sur les nouveaux phénomènes reliés aux technologies numériques ainsi que sur les ressources d’information à ce sujet.

La cyberintimidation, l’autoexploitation juvénile, le leurre et l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet sont quelques-uns des délits qui sont perpétrés par le biais des nouvelles technologies. Ils peuvent constituer des actes criminels qui, bien qu’ils soient commis dans un univers virtuel, font des victimes bien réelles.

L’Équipe d’enquêtes sur l’exploitation sexuelle des enfants sur internet (ESEI) mène quotidiennement des enquêtes pour identifier les responsables de ce type de crime. De plus,  la Sûreté du Québec agit de façon préventive, en sensibilisant parents et enfants aux différents enjeux de sécurité sur le web.

Grâce à un partenariat avec le Centre canadien de protection de l’enfance, les policiers de la Sûreté du Québec disposent de ressources informatives destinées à mieux informer les jeunes et leurs parents sur les moyens de prévenir les risques et les actions à prendre lorsqu’ils sont victimes ou témoins de cybercriminalité. La Sûreté du Québec invite le public à visiter le www.sq.gouv.qc.ca, ainsi que le site journeepouruninternetplussur.ca, qui permettent aux parents, aux jeunes et aux enseignants de trouver de l’information sur la sécurité sur Internet.

Rappelons que toute personne qui est victime ou témoin de cybercriminalité peut faire un signalement à son service de police local. Par ailleurs, vous pouvez signaler toute information au sujet de l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet au www.cyberaide.ca.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.