Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 novembre 2017 - 10:10

Compo Recycle remporte un prestigieux prix en santé et sécurité au travail

Par Salle des nouvelles

Compo Recycle est fier d’avoir remporté le prix santé et sécurité au travail lors du Gala EnviroLys du Conseil des entreprises en technologies environnementales du Québec (CETEQ) qui s’est tenu le lundi 20 novembre 2017 en présence de madame Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, de l’honorable Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national et de monsieur Dany Michaud, président-directeur général de RECYC-QUÉBEC, partenaire majeur du Gala EnviroLys, ainsi que de plusieurs invités de marque. L’événement a réuni 400 personnes au centre Le Madison afin de souligner l’apport des entreprises à l’économie verte du Québec. 
 
Ce prix récompense une entreprise en environnement qui se distingue par ses pratiques innovantes en santé et sécurité au travail (SST) avec, par exemple, un programme de prévention, ou dont l’implantation en SST connaît des résultats significatifs et positifs, et ce, toujours dans le but d’éviter ou de réduire les accidents du travail dans le cadre de ses opérations.  
 
Le grand virage
Il y a environ trois ans, Compo Recycle s’est donné un immense défi, celui de changer les mentalités et les façons de faire en santé et sécurité au travail. Cet important virage a été de restructurer son orientation en matière de SST pour arriver à implanter une culture organisationnelle de prévention.  Une des premières actions mises en place par l’entreprise a été de nommer une coordonnatrice en SST, membre du comité de direction et professionnelle en gestion des ressources humaines. Son mandat a été de dresser un portrait global, de l’expliquer et d’intégrer la SST dans la planification stratégique de l’entreprise.  
 
La deuxième phase de ce virage concerne l’implantation d’un leadership collaboratif auprès des gestionnaires et d’une gestion participative de la part de l’ensemble du personnel. Le but étant de décentraliser la responsabilisation de la SST et d’augmenter la mobilité des troupes. La ligne directrice : faire preuve d’écoute, accorder du temps et surtout placer la sécurité bien avant la productivité. L’engouement pour le virage a été instantané de la part des employés. Possédant le temps, les moyens et les outils pour mettre en place les changements nécessaires, les membres du personnel se sont rapidement engagés puisqu’ils se sentent impliqués dans la prise de décisions.  
 
Une entreprise en santé
L’entreprise est fière de pouvoir annoncer une baisse considérable du nombre d’accidents de travail. Mais globalement, les améliorations notées vont au-delà de la simple réduction du nombre d’accidents. Lorsque les travailleurs sont au travail plutôt qu’en arrêt, l’entreprise bénéficie de l’expertise de ses employés et augmente ainsi sa productivité et sa qualité de production. De plus, l’ambiance est meilleure et le lien de confiance est plus optimal. Les efforts et la culture de prévention sont récompensés par des données qui parlent d’elles-mêmes. 
 
En 2015, le compte était de 15 accidents de travail déclarés, en 2016, 10 et en 2017 jusqu’à maintenant, aucun accident de travail n’a été signalé ! Ainsi, à ce jour, l’entreprise constate qu’aucun jour d’absence au travail n’est lié à un dossier de CNESST.  
 
Quelques chiffres en vrac
72% des employés sont satisfaits des mesures en SST. 79% des employés considèrent que les gestionnaires de l’entreprise s’impliquent suffisamment en SST au travail.  En 2016, plus de 375 heures de formation en SST ont été dispensées à l’interne (cadenassage, SIMDUT, etc.).  

Citations   
« Nous sommes émus et tellement fiers de ce prix! Changer une culture organisationnelle, ce n’est pas rien. C’est un immense défi et un travail d’équipe de longue haleine qui a demandé l’adhésion de tout un chacun. Ce prix est une récompense bien méritée et chaque employé s'en verra décerner une partie », affirme Michael Lafortune, président-directeur général de l’entreprise.  
 
« La SST est un enjeu très important, mais il faut considérer que plus les échanges à ce sujet deviennent réguliers et informels, plus les employés sentent qu’on les écoute et plus ils s’engagent et se mobilisent. Étant un des plus grands employeurs de Lanaudière avec plus de 100 employés, il demeure certain que ce prix est une bonne tape dans le dos qui nous motive à poursuivre les efforts entrepris », ajoute Raphaëlle Grenier, conseillère en ressources humaines et coordonnatrice en SST.  
 
Compo Recycle
Rappelons que Compo Recycle, est une entreprise spécialisée en gestion des matières résiduelles municipales et commerciales. Elle dessert plus de 40 000 portes dans plus de 20 municipalités à travers les régions de Lanaudière et des Laurentides. Par ses services innovateurs, Compo Recycle engage la population à prolonger facilement le cycle de vie des matières résiduelles, afin de préserver la qualité de notre environnement. 

Sur la photo
 Madame Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de L’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, monsieur André-Luc Lafortune, directeur technique Compo Recycle, madame Raphaëlle Grenier, conseillère ressources humaines et coordonnatrice SST Compo Recycle, madame Isabelle Lessard, directrice générale de Via Prévention, monsieur Dany Michaud, président-directeur général de RECYC-QUÉBEC

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.