Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 juin 2017 - 10:15

Les syndiqués CSN de l’abattoir Olymel de Berthierville s’entendent pour renouveler leur convention collective

Par Salle des nouvelles

Réunis en assemblée générale le 26 mai dernier, les membres du Syndicat des employés de l’abattoir de Berthierville - CSN ont adopté à 88.5 % l’entente de principe pour le renouvellement de leur convention collective de travail.

Rappelons que le 23 avril dernier l’assemblée générale avait voté à 95 % en faveur du déclenchement d’une grève au moment jugé opportun.

« On devait rendre compte à nos membres des demandes répétées de l’employeur qui constituaient des reculs importants. Les générations de membres qu’on représente se sont exprimées et nous les avons écoutées. On nous avait confié un mandat fort et on l’a respecté. Les membres voulaient que l’employeur reconnaisse son désengagement dans le paiement de la prime d’assurance collective en y contribuant beaucoup plus. On avait beaucoup de jeunes salariés qui avaient un statut précaire de salarié occasionnel et qui deviennent réguliers dès la signature du nouveau contrat. Nos salariés de la maintenance obtiennent la parité salariale avec leurs camarades d’Olymel. On a atteint nos objectifs. On a fait notre job et nos membres sont fiers de leur règlement. »  - souligne Richard Rocheleau, président du syndicat.

Depuis l’échéance de la convention collective le 31 décembre dernier, il aura fallu près d’une vingtaine de rencontres pour que les parties en arrivent à une entente. 

Au chapitre des gains, les syndiqués obtiennent une augmentation considérable de la contribution de l’employeur au paiement de la prime d’assurances collectives. Pour une protection d’assurance familiale, l’employeur augmente sa part de 26 % de la facture de chacun des salariés à la signature, assumant dorénavant 42 % de la contribution totale. Par la suite, à chacune des années de la convention collective, l’employeur augmentera sa contribution de 8 % et s’engage également à maintenir le seuil minimal de sa contribution à 40 %. 

De plus, les syndiqués obtiennent, lors d’absence maladie, une compensation salariale pour combler la différence entre ce qu’ils reçoivent normalement pour le paiement d’un congé férié et leur indemnité de revenu provenant d’un régime public, tel que l’assurance parentale québécoise, l’IVAC, la SAAQ ou l’assurance-emploi. Une bonification des primes de quart de travail de soir à la hauteur de 10 % et l’accès à la semaine de travail de 4 jours pour les salariés de 40 ans et plus qui ont au moins 20 ans de service. 

Les salariés de l’équipe volante qui ont terminé leur période de probation et qui sont considérés comme des salariés occasionnels deviendront tous des salariés réguliers à la signature de la convention collective. Ceux-ci vont, dorénavant, bénéficier de tous les avantages de la convention collective. Ce qui se traduit, entre autres, par l’accès à l’assurance collective et un gain de 2.4 % pour le paiement de leurs congés fériés.

Une des demandes patronales initiales visant le déplacement des repas, des pauses et de la modification des horaires selon les aléas de la production, sera limitée exclusivement qu’aux pauses dans le cas unique de bris de machinerie ou d’une panne électrique rendant impossible toute production contrairement aux autres usines de Olymel où l’employeur peut modifier le moment de prise des pauses et repas.

À titre d’augmentation générale des salaires, les syndiqués obtiennent des augmentations annuelles moyennes de 1.7 % à la signature pour la production et de 2.1 % pour les salariés de la maintenance qui obtiennent un rattrapage salarial. 

Même s’ils n’étaient pas favorables à cette avenue au départ, les syndiqués ont finalement concédé à l’employeur une convention collective de 7 ans. Habitué à des renouvellements de 5 ans, ce contrat de plus longue durée fut l’élément déclencheur pour obtenir une contribution plus significative de l’employeur à l’assurance collective, un enjeu crucial pour préserver les syndiqués d’une détérioration de leur rémunération globale.


« Nous avions déjà l’une des meilleures conventions collectives en Amérique du Nord pour une usine de découpe et d’abattage de poulet. Ce dernier renouvellement de contrat s’inscrit dans la continuité et c’est un bon gage pour l’avenir des conditions de travail pour les syndiqués CSN. Un règlement obtenu avec la solidarité des membres qui, grâce à leur combat, ont réussi à préserver leurs acquis et à améliorer leurs conditions de travail. Bien que nous n’ayons pas eu à exercer des arrêts de travail, il aura fallu néanmoins recourir à des moyens de pression sporadiques pour arriver à une entente très satisfaisante sans pour autant engendrer des pertes salariales pour notre monde » - ajoute Daniel Gaudet, vice-président du syndicat.

Le Syndicat des employés de l’abattoir de Berthierville - CSN représente plus de 350 membres. Il est affilié à la Fédération du commerce de la CSN (FC) et au Conseil central de Lanaudière-CSN.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.