Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 avril 2017 - 10:43 | Mis à jour : 10:49

Investissement majeur à Saint‐Alphonse‐Rodriguez

Pour ses 35 ans, la famille Lejeune Lafond investit et déménage le restaurant La p’tite bouffe dans un édifice neuf

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

C’est ce midi que la famille Lejeune Lafond a ouvert son nouveau restaurant La p’tite bouffe à quelques pas seulement de l’ancienne adresse, située sur la route 343 à Saint‐Alphonse‐Rodriguez. Il s’agit d’un important investissement qui permettra de consolider une vingtaine d’emplois. Le nouvel établissement comptera 40 places à l’intérieur, ainsi qu’une terrasse couverte et plusieurs tables à pique‐nique. Il est également possible d’obtenir un service de livraison.

« Pour nous, il s’agit d’un investissement majeur pour un casse‐croûte qui a débuté tout petit et qui s’est développé au fil des 35 dernières années. Nous sommes la première génération de Lafond à exploiter ce restaurant et déjà la prochaine génération est en train de suivre nos traces et a démontré un véritable intérêt à prendre la relève comme en fait foi Frédérik Lafond, qui agira à titre de directeur, et Willie Lafond, à titre de responsable des communications et promotions. Nous avons toujours été près des gens et créer un environnement familial et où nos clients se sentent bien et c’est notre vision d’entreprise », exprime fièrement, Réjean Lafond, propriétaire avec sa conjointe, Lucie Lejeune, du restaurant La p’tite bouffe.

Le restaurant La p’tite bouffe est reconnu depuis longtemps comme étant un lieu d’arrêt pour les travailleurs, les touristes et les familles. Plusieurs quadistes, motoneigistes et motocyclistes viennent y faire une pause pendant leurs saisons d’activités. Le restaurant est aussi un attrait estival très prisé des propriétaires de chalet de la région. En plus d’offrir un menu déjeuner, diner et souper, La p’tite bouffe propose un comptoir de bar laitier complet.

« Nous tenons à remercier notre fidèle clientèle de sa présence depuis 35 ans. C’est pour elle et pour les gens qui nous découvrent chaque semaine que nous travaillons à offrir une expérience digne de la p’tite bouffe » ajoute Mme Lejeune. L’établissement est reconnu pour y développer ses propres recettes de sauces, ainsi que des produits maison de grande qualité avec des aliments frais qui en font sa particularité.


UN CASSE‐CROÛTE QUI SE DISTINGUE
Le restaurant a connu ses heures de gloire alors qu’il a remporté quelques concours au fil des ans, notamment en 2009, alors que L’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) lui a décerné le prix du 2e meilleur restaurant au Québec à la suite d’une étude sur les saines habitudes de vie. Ce prix mentionnait spécialement que les sauces et la pâte maison permettaient à l’entreprise de se démarquer, car les recettes contenaient moins de sucre et de sel et que le menu végétarien et sans gluten le classait comme un restaurant avant‐gardiste. De plus, le restaurant a remporté le 2e prix au concours de la meilleure poutine pour la région de Laurentides Lanaudière.

À PROPOS DE LA P’TITE BOUFFE
Le restaurant La p’tite bouffe est une véritable institution dans la région de Lanaudière. Établi depuis 35 ans dans la municipalité de Saint‐Alphonse‐Rodriguez, le restaurant familial est la propriété de Réjean Lafond et de Lucie Lejeune. Le tandem emploie une vingtaine de personnes annuellement. De plus, les personnes à la retraite et les étudiants sont les bienvenues s'ils veulent bénéficier d'un travail à temps partiel. Le resto est toujours ouvert à leur proposer des horaires flexibles.  

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • J'ai passé 3 jours à l'hopital de Joliette, aux soins intensifs. La veille, j'avais mangé de la mayo qui, à ce moment, se trouvait sous la bouche d'air chaud...

    Raymond Baril - 2017-04-10 15:58