Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 mars 2017 - 08:28

Agro-100 ltée se lance à l’assaut des marchés américain, de l’ouest canadien et des maritimes

Par Salle des nouvelles

Déjà présente au Mexique, au Chili, en Côte d’Ivoire et en Ontario, Agro-100 Ltée de Joliette se lance maintenant à la conquête de nouveaux marchés aux États-Unis, dans l’Est et l’Ouest du Canada avec sa filiale Agro-100 global, à laquelle vient de se joindre un professionnel reconnu en développement des affaires et en stratégies commerciales, monsieur Lorne Bienstock qui agira à titre de vice-président exécutif, ventes internationales. 

« Les perspectives de croissance du secteur agricole américain d’ici 2025 justifient amplement à elles seules la décision de tenter de percer ces marchés » a dit le président et chef de la direction, Stéphane Beaucage. Celui-ci a indiqué que  la FAO, l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, et l’OCDE s’attendent à ce que, parmi les principales cultures, le maïs connaisse l’augmentation la plus importante en millions de tonnes, alors que le soya afficherait pour sa part, au cours des dix prochaines années, le taux de croissance le plus élevé, soit plus de 30 %. La culture du soya présente également, quant au volume du commerce international, les perspectives de croissance les plus fortes d’ici 2025 du côté américain.

Monsieur Beaucage a précisé, par ailleurs que ce secteur-clé de l’économie des États-Unis, qui demeurent le 2e importateur mondial, offrait de ce fait de belles perspectives de croissance pour l’offre de produits d’Agro-100 qui, avec 2, 2 millions d'exploitations agricoles, 371 millions d'hectares de surface agricole utile continue de trôner au sommet des économies du monde avec l'équivalent de près de 23 % du produit intérieur brut (PIB) mondial.

« Il ne faut surtout pas oublier que nous avons à faire, ici, avec le premier marché de consommation du monde » a pour sa part indiqué Lorne Bienstock, soutenant avoir déjà identifié de belles occasions d’affaires pour les fertilisants ProKa et ProliFix qui peuvent apporter, dit-il, une très belle valeur ajoutée aux producteurs agricoles américains et canadiens. Pour monsieur Bienstock, les dépenses nationales reliées à la production agricoles s’établissant à environ 375 milliards de dollars (375G $) aux États-Unis, selon le National Agricultural Statistics Service du (USDA), démontrent bien toute l’ampleur du potentiel alors que les dépenses moyennes annuelles par ferme sont de plus de  175 270 $.

Bien que diplômé en sciences politiques de l’Université McGill de Montréal, monsieur Bienstock a cumulé au fil des 20 dernières années des expériences d’affaires diversifiées.

À titre d’investisseur et d’opérateur, au Canada comme aux États-Unis, dans le domaine des ventes et du marketing, monsieur Bienstock s’est acquis une solide réputation d’excellence dans des secteurs aussi variés que l’électronique, le textile, les technologies, la restauration et le capital de risque.

Monsieur Bienstock a d’un autre côté laissé entendre que sa stratégie d’affaires pourrait aussi faire place à des alliances stratégiques avec des sources locales, dans le but de favoriser une pénétration plus rapide des marchés tant aux États-Unis que dans les provinces de l’Ouest canadien et des Maritimes.

Messieurs Bienstock et Beaucage ont conclu en spécifiant que les états de l’Idaho, de New-York, de Washington notamment seraient, vraisemblablement, les premières cibles de l’offensive américaine d’Agro-100 global, bien que l’ensemble des états de la Nouvelle-Angleterre et de l’axe Nord-Sud constituent aussi un terreau fertile pour le développement international et la croissance des ventes de l’entreprise.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.