Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 juin 2017 - 11:21

Augmentation salariale de près de 20 % pour les employé-es du Centre de santé du Couvent

Par Salle des nouvelles

Réunis en assemblée générale, les travailleuses et travailleurs du Centre d’hébergement privé le Centre de santé du couvent se sont prononcés, le 31 mai dernier, en faveur des termes de leur première convention collective. Plus de 71 % des membres étaient présents à cette assemblée.

D’une durée de 3 ans, le contrat de travail de ces 35 syndiqué-es, membres d’un syndicat affilié à la CSN, prévoit des augmentations de salaire totalisant 20 % pour les préposés aux bénéficiaires (qui constituent la grande majorité des employés). « Les travailleuses qui se sont syndiquées il y a un peu plus d’un an étaient très satisfaites de cette entente qui leur donnera des hausses de salaire allant jusqu’à 2,50$/h. Cela démontre bien que la syndicalisation permet aux travailleuses et travailleurs d’obtenir des gains concrets !» explique Line St-Jean, présidente du Syndicat régional des centres d’hébergement privés de Lanaudière-CSN. En 2019, le salaire au sommet de l’échelle salariale atteindra 14,82$ de l’heure pour les préposés et 15.68$ de l’heure pour les cuisinières et la responsable de loisirs. 

Autres gains
Les syndiqué-es ont aussi obtenu des gains au chapitre des congés et des vacances. Désormais, ils jouiront de 2 jours fériés de plus, 3 jours de congé de maladie et plusieurs congés sociaux supplémentaires. Après 8 années de service, ils auront droit à une quatrième semaine de vacances ainsi qu’une cinquième après 15 ans. On notera aussi la bonification de la prime de nuit, la mise en place d’un mécanisme de retraite progressive ainsi qu’une panoplie de clauses normatives encadrant le droit de gérance et améliorant les conditions de travail des travailleuses, notamment, pour : la liste de rappel, l’attribution des postes, un comité de relations de travail, etc. « Nous avons atteint nos objectifs de négociation, et cela, grâce à la solidarité des membres du syndicat. Nous avons raison d’être fiers des résultats de la négociation. Je souhaite que cela incite d’autres centres à se syndiquer, car les conditions dans les milieux non syndiqués sont tout simplement inacceptables.  » a ajouté Madame St-Jean. 

L’employeur et le syndicat n’ont pas eu besoin de recourir à leur droit de lock-out ou de grève.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.