Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 octobre 2016 - 15:50 | Mis à jour : 20:05

Baisse marquée de la criminalité dans la MRC de Joliette

Guy Latour

Par Guy Latour, Journaliste

Toutes les réactions 1

Le nombre d’infractions au code criminel dans la MRC de Joliette a connu une baisse de plus de 27% par rapport à la moyenne des quatre dernières années.

C’est ce qui ressort des données compilées par la Sûreté du Québec, pour la période du 1er avril 2015 au 31 mars 2016, et dévoilées lors du rapport annuel d’activités, le 19 octobre, en conférence de presse à la MRC de Joliette.

Le nombre total d’infractions a été2525, comparativement à une moyenne de 3645 au cours des quatre dernières années. « C’est certain qu’on est content de ce bilan-là. On est satisfait du travail fait par les policiers. Mais il y a encore du travail à faire », a reconnu Robert Groulx,  conseiller municipal à Saint-Charles-Borromée et président du Comité de la Sécurité Publique (CSP) à la MRC de Joliette.

La plus forte baisse a été au niveau des crimes contre la propriété (-31%) avec 1 414 infractions.  Il y a eu presque deux fois moins d’introductions par effraction (240 vs 445). 

Pour ce qui est des vols de véhicule, Joliette n’est plus la capitale pour ce type de vol avec 206 vols de voiture, la moyenne était  de 376 au cours des quatre dernières années. En 2010-2011, il y avait eu 442 vols de ce type. À l’opposé de le nombre d’incendie criminels a augmenté de 23% (47 vs 58).

Les infractions pour les crimes contre la personne ont connu une diminution de 19% (547 vs 677). Il y a eu trois fois moins de vols qualifiés (34 vs 10). Par contre, le nombre d’agressions sexuelles a connu une hausse de près de 40%.

Le directeur du poste de la SQ de la MRC de Joliette, le capitaine Sylvain Lachapelle a expliqué que la MRC avait transmise trois priorités pour l’année 2015-2016 soit la sécurité routière, la surveillance accrue des zone résidentielles et une attention particulière dans les parcs. 

« Il n’y avait pas de problématique ciblée dans les parcs. Ce sont surtout les grands parcs qui ont reçu une attention particulière afin que les gens puissent notamment circuler le soir en toute sécurité. La présence des cadets a beaucoup aidé ». a précisé le sergent Pascal Gascon, responsable de la gendarmerie à la SQ de la MRC de Joliette. 

Quelques chiffres

Pour l’exercice 2015-2016, le poste de SQ de la MRC a ouvert 16 232 cartes d’appel, soit sensiblement le même nombre que la moyenne des quatre dernières années, soit 16 201.

Pour l’année courante, 13% de ces cartes d’appel étaient pour des alarmes.  C’est plus de 1 000 alarmes de moins que la moyenne des quatre dernières années. 

D’ailleurs, le comité de sécurité publique a proposé aux municipalités de la MRC de Joliette, une règlementation uniforme et plus répressive sur les alarmes. Le nouveau règlement a été adopté par l’ensemble des municipalités. L’objectif étant de réduire considérablement le pourcentage du nombre d’appels pour déclenchement d’alarmes qui s’avèrent fausses, la presque totalité du temps.

Lisez aussi www.lejournaldejoliette.ca/actualites/faits-divers/301220/le-bilan-routier-sameliore-dans-la-mrc-de-joliette

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Très souvent, lorsqu'on rapporte un délit mineur (ex.: vol), le policier n'ouvre pas de dossier. Alors, que valent les statistiques ?

    Tanné - 2017-04-30 12:53