Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
3 septembre 2015 - 13:55 | Mis à jour : 14:14

La Commission scolaire des Samares abandonne son assurance-accident en raison des compressions budgétaires

Mathieu Ferland

Par Mathieu Ferland, Journaliste

Twitter Mathieu Ferland
Toutes les réactions 3

Dans la foulée des compressions budgétaires imposées par le gouvernement, la Commission scolaire des Samares a annoncé aux parents de leurs élèves qu’elle ne souscrirait plus à l’assurance-accident comme par les années passées. Une décision que plusieurs parents ont vertement critiquée.

La Commission scolaire des Samares a fait parvenir une lettre à chaque parent d’élèves expliquant qu’à cause des compressions budgétaires de 1,6 M$, elle était forcé d’abandonner l’assurance-accident couvrant en partie les frais de transport par ambulance, les soins dentaires, les soins en physiothérapie, les frais hospitalier et médicaux en plus de la prestation en cas de décès ou de la perte d’un membre.

La nouvelle s’est retrouvée sur les médias sociaux ou les internautes l’ont partagé plus d’une centaine de fois, décriant notamment la décision de la CSS pour de telles coupures. La directrice adjointe aux communications de la Commission scolaire des Samares, Diane Fortin, a tenu à préciser que cette décision, qui fera économiser 20 000$ à la CSS, a été prise dans le respect du service direct à l’élève.

Diane Fortin, explique que la CSS dispose toujours d’une assurance en responsabilité civile. Elle ajoute que la CSS était l’une des dernières commissions scolaire au Québec à offrir une couverture comme celle venant d’être abolie. « La plupart des personnes disposant d’une assurance ont peut-être déjà une couverture similaire pour leur enfants, qui assure le paiement des mêmes frais », souligne-t-elle avant d’ajouter que dans le cas contraire, ce genre d’assurance est facilement accessible.

Par ailleurs, la Commission scolaire a confirmé au Journal que ce type de couverture ne servait que dans de très rares cas. Aux cours des dernières années, le nombre de réclamation diminué drastiquement en raison du faible nombre d’accidents à survenir auprès des établissements scolaires.

2013-14 : 28 réclamations (0,11 % des élèves de la CSS)
2012-13 : 26 réclamations (0,11 % des élèves de la CSS)
2011-12 : 41 réclamations (0,18 % des élèves de la CSS)

Prenez note que le nombre total d'élèves se situe, pour ces trois années, approximativement aux même niveau que le nombre enregistré cette année, soit 24 000 élèves.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





Le Journal de Joliette se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, Le Journal de Joliette collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

3 réactions
  • pas satisfaite d'augmenter les taxes , la commission scolaire coupe dans l,assurance pour économiser un maigre $20,000.00 et que fera cette commission scolaire lorsqu'elle aura sur le dos une action en justice de quelques milliers de dollars...

    nels - 2015-09-03 16:03
  • Je suis mère de trois enfants fréquentant la Commission scolaire des Samares et je n'ai JAMAIS reçu une telle lettre d'information.

    Mylène - 2015-09-04 09:04
  • Je ne sais pas si la Commission scolaire en prenant cette décision n'est pas en situation illégale. Un accident peut survenir et l'élève blessé. Qui donc couvre l'élève ? L'assurance des parents ? qui se retournera contre qui ? Et si les parents n'ont pas d'assurance, seront-ils obligés d'en prendre une pour aller à l'école ? Un peu difficile au niveau légal je crois.

    Bernard Bohmert - 2015-09-04 19:49